Daech derrière la fusillade mortelle en Tunisie ?

(Les forces de sécurité tunisiennes sécurisent la zone où s'est déroulée la fusillade © MaxPPP)

Le groupe terroriste Daech a revendiqué, dans un communiqué, la fusillade de lundi à Tunis qui a coûté la vie à sept militaires d'une caserne. Le tueur a été abattu par la police. Les autorités tunisiennes avaient écarté la piste terroriste dans un premier temps mais la revendication de Daech vient semer le trouble.

Le communiqué est relayé par le site Afriqiyah  Media, qui est le canal habituellement utilisé par Daech pour revendiquer ses actions dans la région. Le message revendique l'attaque faite lundi par un loup solitaire.

Crédible ou pas ?

Pour être certain de l'authenticité de ce communiqué, il faudrait faire une lecture précise du message, avec un spécialiste de la langue arabe, qui maitriserait le style ou les tournures utilisées par les groupes radicaux. Car pour l'attaque du musée du Bardo, le même type de message avait été émis par Daech, mais certains spécialistes avaient émis des doutes. Il s'agissait plutôt d'une approbation de l'acte. D'ailleurs, peu de temps après, les autorités tunisiennes attribuaient l'attaque du Bardo à un autre groupe terroriste.

Le tueur n'était pas radicalisé selon ses proches

Après l'attaque de lundi, le porte-parole du ministère de la Défense tunisien privilégiait la piste d'un "acte isolé" mais n'avait pas exclu la thèse terroriste. Selon des proches, le tueur, âgé d'une trentaine d'années, n'était pas forcément radicalisé. C'était un jeune homme qui aimait faire la fête, mais qui s'était tourné il y a peu vers la religion.

A en croire le ministère de la Défense, ce caporal avait des problèmes familiaux, psychologiques, et professionnels. Il avait d'ailleurs été interdit de port d'armes et transféré à un poste "non sensible ".

Vous êtes à nouveau en ligne