VIDEO. Marseille : les habitants de la Castellane n'attendent plus rien de l'Etat

ALI MARTINIKY et SIDONIE CANETTO - FRANCE 3

Au lendemain des tirs de kalachnikov qui ont visé des policiers dans cette cité sensible, France 3 est allée à la rencontre des habitants de la Castellane.

Comment mettre fin à la violence et au trafic de drogues dans les quartiers nord de Marseille (Bouches-du-Rhône) ? Les habitants de la Castellane se posent la question au lendemain de la visite du Premier ministre et surtout des tirs de kalachnikov qui ont visé des policiers, quelques heures avant son arrivée.

Un sentiment d'abandon 

Ce mardi 10 février, le portail de l'école à la Castellane est resté fermé. "Ça suffit. Il faut protéger l'école, il faut garantir la sécurité des enfants, des habitants de la Castellane et des enseignants qui y travaillent", fulmine un enseignant. Les 7 000 personnes qui vivent dans cette cité, connue pour être une plaque tournante du trafic de drogues, sont "laissées à l'abandon", selon un éducateur associatif. "Les jeunes de moins de 12, 13 ans sont accaparés dans un système d'économie parallèle", enrage-t-il.

Les politiques ont abandonné ce quartier, souffle un habitant rencontré par France 3. Les trois compagnies de CRS mobilisées, qui se relaient 24 heures sur 24 depuis lundi dans la zone, ne devraient pas rester après la fin de la semaine.

Vous êtes à nouveau en ligne