Marseille : un élu local PS veut classer toute la ville en ZSP

Des policiers sur la scène d\'un meurtre commis le 20 juin 2013, à Marseille (Bouches-du-Rhône).
Des policiers sur la scène d'un meurtre commis le 20 juin 2013, à Marseille (Bouches-du-Rhône). (BORIS HORVAT / AFP)

Manuel Valls a aussitôt écarté cette proposition, qu'il ne juge "pas efficace".

"Je suis inquiet et en colère. La situation a pris une telle ampleur que la réponse ne peut être qu'à la hauteur de ces dérives." Eugène Caselli, président (PS) de la communauté urbaine de Marseille, est remonté. Mardi 30 juillet, il a annoncé avoir écrit au ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, pour lui demander le classement de la totalité de la ville en zone de sécurité prioritaire (ZSP). 

Le principal intéressé n'a pas tardé à réagir. "Nous ne mettrons pas tout Marseille en zone de sécurité prioritaire. Cela ne serait pas efficace et n'aurait aucun sens", a ainsi indiqué Manuel Valls au micro de France Info. A Marseille, "il n'y a que l'hypercentre qui n'est pas en zone de sécurité prioritaire. Les quartiers Nord et les quartiers Sud sont déjà en zone de sécurité prioritaire et, dans l'hypercentre, nous avons créé des unités dédiées (...) qui patrouillent activement", a-t-il ajouté.

Trois faits divers en une nuit

Caselli, également candidat à la primaire socialiste pour les municipales de Marseille en 2014, a expliqué avoir décidé de faire cette demande après une "nouvelle flambée de violence qui a touché Marseille dans la soirée de lundi à mardi". Plusieurs faits divers ont en effet concerné la ville et ses alentours ce soir-là.

Le corps en partie calciné d'un jeune homme de 22 ans, tué d'une balle dans la tête, a ainsi été retrouvé aux Pennes-Mirabeau (Bouches-du-Rhône), commune limitrophe de Marseille. Deux hommes, âgés d'une trentaine d'années, ont par ailleurs été blessés par un tireur à scooter dans le 10e arrondissement de la ville. Enfin, un chauffeur de benne à ordures a été victime de plusieurs tirs de billes de paintball, selon la communauté urbaine, alors qu'il circulait dans le 9e arrondissement.

L'élu, qui salue tout de même "les excellents résultats obtenus par la police marseillaise", estime cependant que la situation exige "une augmentation des effectifs de police et le classement de la totalité du périmètre de la ville en ZSP". Il rejoint ainsi la demande du syndicat Alliance, 2e chez les gardiens de la paix, mais aussi de Jean-Claude Gaudin. En septembre 2012, le sénateur-maire UMP de Marseille avait fait la même requête à Manuel Valls. Lequel avait répliqué en l'accusant de "démagogie".

Vous êtes à nouveau en ligne