"Marseille mange ses enfants", témoigne José Anigo

José Anigo, le 6 juillet 2011 au Crouesty (Morbihan).
José Anigo, le 6 juillet 2011 au Crouesty (Morbihan). (DAMIEN MEYER / AFP)

Dans une interview à L'Express.fr, le directeur sportif de l'Olympique de Marseille revient sur l'assassinat de son fils.

"On m'a pris mon fils." Le directeur sportif de l'Olympique de Marseille, José Anigo, s'est exprimé, vendredi 6 septembre, sur l'assassinat de son fils, la veille. "Quand je disais que cette ville mange ses enfants, j'avais raison. Et ça s'est passé..." lâche-t-il dans une interview à L'Express.fr.

Il a appris la nouvelle en fin d'après-midi. La mère d'Adrien, son ex-femme, l'avait appelé peu avant parce que leur fils n'était pas allé chercher ses enfants à l'école. "Ça ne lui ressemblait pas. Au même moment, quand j'ai entendu le règlement de comptes à la radio, j'ai eu peur..." raconte José Anigo.

Le directeur sportif de l'OM refuse de faire le lien entre cet assassinat et le casier judiciaire chargé de son enfant. "On peut dire ce qu'on veut de mon fils, mais c'était mon fils et je l'aimais. Tout le reste n'a pas d'importance", balaye-t-il.

Vous êtes à nouveau en ligne