"Il y a de vrais réseaux mafieux à Marseille", selon Carlotti

Marie-Arlette Carlotti, ministre déléguée aux Personnes handicapées et à la Lutte contre l\'exclusion, le 17 octobre 2012 à Paris. 
Marie-Arlette Carlotti, ministre déléguée aux Personnes handicapées et à la Lutte contre l'exclusion, le 17 octobre 2012 à Paris.  (JACQUES DEMARTHON / AFP)

Après la mort par balles de deux hommes hier, la ministre et candidate socialiste aux primaires pour l'élection municipale veut "aller jusqu'au bout" de la lutte contre la délinquance.

La ministre et candidate à la primaire PS pour l'élection municipale à Marseille, veut "donner une autre image" de la cité phocéenne tout en mettant "les délinquants hors d'état de nuire". Marie-Arlette Carlotti était l'invitée de RTL, vendredi 6 septembre, au lendemain de la mort par balles de deux hommes à Marseille, ou dans sa banlieue. 

Elle a évoqué "de vrais réseaux mafieux" dans la ville et a appelé à "aller jusqu'au bout" de la lutte contre la délinquance. Elle veut notamment cibler "les cols blancs, parce qu'il y a quand même des patrons dans tout cela même si la mafia est moins organisée qu'elle a pu l'être par le passé".

Adrien Anigo, fils du directeur sportif de l'OM, José Anigo, a été tué par balles jeudi après-midi à Marseille dans un règlement de comptes, le second de la journée dans l'agglomération après le meurtre, le matin, d'un jeune homme à La Ciotat. Dans la soirée, le ministre de l'Intérieur Manuel Valls a souhaité un "pacte national" contre le trafic de drogue. La préfecture a annoncé dans la foulée une table ronde sur la sécurité samedi matin, en présence de l'ensemble des élus et des parlementaires.

Vous êtes à nouveau en ligne