Télévision : l'autre carrière des sportifs

FRANCE 2

Nombreux sont les sportifs qui se frottent aux émissions de téléréalité. Avec plus ou moins de succès.

Les sportifs de haut niveau sont friands d'aventures télévisées comme l'émission Dropped, durant le tournage de laquelle trois sportifs ont trouvé la mort le 9 mars en Argentine. Pour des questions d'argent, de notoriété ou par simple défi, Franck Lebœuf, Henri Leconte ou Jackson Richardson s'y sont frottés avec plus ou moins de succès. Muriel Hurtis, championne d'athlétisme, n'a pas réussi le casting de l'émission Dropped. "Le destin", dit-elle. Son regard a changé. "Avec les événements du début de semaine, je n'ai plus le même regard vis-à-vis d'une émission de téléréalité. Je prendrai plus mon temps pour réfléchir aux bonnes choses ou pas."

"Accélérateur de notoriété"

Le boxeur Brahim Asloum est l'un des premiers à avoir participé à une émission de téléréalité. Cela lui a permis de retrouver l'adrénaline de la compétition. "Quand vous êtes sportif de haut niveau, vous avez des moments plus qu'intenses. Quand vous êtes moins amené à vivre ce genre d'émotions, vous avez tendance à vouloir les revivre", lâche-t-il.
"Le chiffre de départ était de 20 000 euros. Certains le font gratuitement aussi", se souvient Frédérique Jossinet, médaillée d'argent aux JO d'Athènes en judo. "Les sportifs sont souvent des gens appréciés, consensuels, ils ne clivent pas, ils rassemblent et sont un accélérateur de notoriété pour les émissions", explique un spécialiste au micro de France 2.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne