Crash en Argentine : un pilote a-t-il été ébloui par le soleil ?

(L'état des hélicoptères accidentés va compliquer l'enquête © Pr. Gaston Esequiel Paez)

Cinq gendarmes français vont rejoindre les quatre experts civils qui viennent d’arriver en Argentine. Le maire de Villa Union émet l'hypothèse d'un éblouissement de l'un des pilotes.

Une trentaine de sportifs et de membres de l’équipe de production attendent depuis lundi soir le feu vert des autorités argentines pour regagner la France. L’autorisation ne sera donnée qu’après leur audition par les enquêteurs chargés d’examiner les circonstances de l’accident entre les deux hélicoptères engagés pour le tournage du jeu télévisée qui a tourné au drame lundi. Ils sont à présent épaulés par quatre experts civils français, bientôt rejoints par cinq gendarmes envoyés pour participer à l'enquête.

A LIRE AUSSI ►►►Crash en Argentine : les sportifs Arthaud, Muffat et Vastine parmi les victimes

Une expérience française au service de l'enquête

Les deux spécialistes du Bureau enquête analyse (BEA), ainsi que le représentant d’Airbus hélicoptère et celui du motoriste Turbomeca ont pu effectuer un premier survol de la zone de l’accident mercredi en fin d’après-midi. Ils ont été pris en charge par les enquêteurs argentins dès leur arrivée à l’aéroport de La Rioja. Les quatre experts insistent sur le fait qu’ils ne viennent pas là pour mener les investigations mais pour aider les autorités argentines à comprendre le scénario dramatique. Les scientifiques locaux et les agents de l’aviation civile régionale ont deux jours de prélèvements et de constatations derrière eux, sur la base d’images et de témoignages.

Les quatre Français arrivent eux avec du matériel informatique et photographique mais surtout avec leur expérience des accidents. Ils veulent aussi entendre les témoins. Ensuite, ces experts produiront un rapport qui s’ajoutera au dossier de l’instruction. Le document global sera transmis à un juge fédéral, saisi puisque l’accident impliquant des victimes françaises, s’est produit dans les airs et l’espace aérien relève de la compétence de l'Etat. Cinq gendarmes français vont aussi rejoindre l'Argentine.

Un pilote ébloui ?

A ce stade de l’enquête, aucune hypothèse n’est certifiée mais deux possibilités sont émises, celle d’une erreur de pilotage ou celle d’une défaillance technique. Le maire de Villa Castelli où l’accident s’est produit suit de près les investigations. Andres Navarrete a émis l’hypothèse d’un des pilotes ébloui par le soleil, parce qu’il n’aurait pas pris la bonne direction.

"La théorie serait en fait qu’un des pilotes était ébloui par le soleil du côté droit. Et il est possible qu’il n’ait pas vu l’autre appareil. Mais c’est aux  experts bien sûr de donner le résultat dans leur compte-rendu final."

"Dans la première courbe, l’un des hélicoptères qui devait aller à l’Ouest, est resté à l’Est : Andres Navarette, maire de Villa Castelli (Argentine
--'--
--'--

A LIRE AUSSI ►►►Crash en Argentine : erreur humaine ou problème technique

Les conclusions de l’enquête devraient prendre beaucoup de temps, à cause de l’état des appareils accidentés, qui ont pris feu.

Vous êtes à nouveau en ligne