Chauffeur de bus agressé : émotion dans tout le pays

France 2

1 minute de silence a été observée à 19h30 dans les réseaux des transports de Lille (Nord), Nantes (Loire-Atlantique), Avignon (Vaucluse), Strasbourg (Bas-Rhin) et Nîmes (Gard). Partout dans le pays, le sort du chauffeur de bus en état de mort cérébrale après avoir été roué de coups dimanche 5 juillet, a suscité beaucoup d'émotion. A Bayonne (Pyrénées-Atlantiques), sa ville, une marche blanche a réuni mercredi 8 juillet des milliers de personnes.

A l'endroit même où s'est déroulé le drame, une foule toute vêtue de blanc a rendu hommage à Philippe Monguillot. Bouleversées, sa femme Véronique et ses trois filles sont arrivées sous les applaudissements. "A 1 an de la retraite, on ne quitte pas sa femme, on ne quitte pas ses enfants, on ne quitte pas ses amis. Mon mari, il a pas encore perdu la vie, il faut que je vous le dise. Son coeur bat, mais sa tête ne répond plus." A l'image de Bayonne (Pyrénées-Atlantiques), de nombreuses villes en France ont rendu hommage à Philippe Monguillot.

Les auteurs présumés de l'agression encourent 30 ans de prison

En duplex de Bayonne, le journaliste Francis Mazoyer a donné des informations sur les quatre auteurs présumés de l'agression, mis en examen en début d'après-midi. "Parmi les personnes mises en examen et écrouées, les deux auteurs présumés des coups mortels encourent 30 ans de prison pour tentative d'homicide volontaire", a-t-il indiqué. Le journaliste a ensuite évoqué l'hommage à Bayonne, décrivant "beaucoup de témoignages de la part de collègues chauffeurs de bus, et d'anonymes qui parlent tous d'un enfant du pays basque, apprécié de tous dans la région".


Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne