Chauffeur agressé : émotions à Bayonne

Mercredi 8 juillet, à Bayonne (Pyrénées-Atlantiques), de nombreuses personnes se sont retrouvées pour une marche en soutien du conducteur de bus en état de mort cérébrale depuis dimanche 5 juillet après une agression.

Un portrait géant de Philippe Monguillot aux côtés de son épouse a été déposé à l’endroit même où il a été roué de coups dimanche 5 juillet à Bayonne dans les Pyrénées-Atlantiques. C’est un lieu symbolique choisi pour débuter une marche blanche à laquelle plusieurs de ses collègues, émus, ont choisi de participer. Mais au-delà de la profession et de ses collègues, c’est toute la ville qui est venue rendre hommage au conducteur de bus.

“Plus de 3 000 personnes au moins, qui sont réunis à l’endroit même où s’est déroulé le drame”

Est-ce que l’appel de la famille à faire une marche blanche est très suivi ? “Il est très suivi, et ce sont plus de 3 000 personnes au moins, qui sont réunis à l’endroit même où s’est déroulé le drame dimanche soir. Des amis, des collègues et la famille ont appelé à cette marche blanche soutenue par les syndicats et par la communauté d’agglomération du Pays-Basque”, explique le journaliste Allande Boutin en direct de Bayonne. En solidarité, une minute de silence a été observée dans la soirée dans les transports en commun de plusieurs villes. “Une minute de silence qui vient de s’achever ici, gare Montparnasse à Paris et dans plusieurs villes de France, à Lille ou à Lyon (...) Ce qu’il faut comprendre c’est que c’est toute une profession qui est sous le choc”, poursuit la journaliste Anne-Claire Poignard à Paris.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne