Charente-Maritime : le juré d’assises retrouvé mort dans son garage a été tué par "une arme artisanale anti-taupe"

La commune de Floirac est située au sud-ouest de la Charente-Maritime.
La commune de Floirac est située au sud-ouest de la Charente-Maritime. (CAPTURE ECRAN GOOGLE MAPS)

Un juré d'assises a été retrouvé mort, mardi, dans son garage à Floirac, en Charente-Maritime. L'homme de 56 ans avait une tige de métal plantée dans le thorax. Aucune piste n'a été écartée par les enquêteurs.

L'homme de 56 ans retrouvé mort mardi 28 novembre dans son garage à Floirac, dans le sud de la Charente-Maritime, une tige métallique dans le thorax, a été tué par une arme artisanale anti-taupe, indique le parquet à France Bleu La Rochelle.

"Le rapport provisoire d'autopsie penche pour un décès qui serait consécutif à l'utilisation d'un outil artisanal, une arme artisanale anti-taupe", précise Nicolas Septe, le procureur de Saintes. La machine a été retrouvée dans le garage. Elle était "alimentée par une cartouche de fusil qui servait de dispositif de mise à feu". Un expert doit maintenant analyser son fonctionnement pour comprendre comment la tige métallique a pu tuer l'artisan maçon.

Aucune hypothèse n'est écartée

Selon les premiers éléments de l'enquête, il n'y a pas eu d'effraction dans le logement de cet homme qui vit seul avec son fils. Le décès pourrait être accidentel, il pourrait s'agir d'un suicide, mais le procureur de Saintes n'écarte pas la piste criminelle, même si elle "n'est pas la piste privilégiée". Des investigations supplémentaires vont avoir lieu dans les jours qui viennent.

Cet homme avait été tiré au sort pour être juré lors de la session d'assises qui débutait lundi au tribunal de Saintes. Il avait appelé dans la matinée afin de prévenir de son retard, déclarant "devoir changer une roue". Plus personne ne l'a revu, jusqu'à la découverte de son corps, mardi, par les gendarmes, après l'ouverture d'une enquête pour disparition inquiétante.