Ce que l'on sait de l'agression mortelle d'un chercheur guinéen près de Rouen

L\'agression s\'est déroulée à Canteleu (Seine-Maritime), une commune limitrophe de Rouen.
L'agression s'est déroulée à Canteleu (Seine-Maritime), une commune limitrophe de Rouen. (GOOGLE MAPS)

Un doctorant guinéen de 31 ans est décédé à l'hôpital de Rouen après une agression "en raison de sa couleur de peau", affirme l'avocat de sa famille. Le suspect, d'origine turque, a reconnu les faits et est actuellement hospitalisé en raison de problèmes psychiatriques.

Que s'est-il passé, vendredi 19 juillet, à Canteleu, près de Rouen ? Mamoudou Barry, un homme de 31 ans, a été mortellement agressé et son décès a suscité une vive émotion dans la ville et sur les réseaux sociaux. Les circonstances de l'agression ne sont pas totalement établies et une enquête a été ouverte. Franceinfo fait le point sur cette affaire.

Une violente agression près d'un arrêt de bus

Vendredi soir, vers 20h30, une violente altercation a eu lieu entre deux hommes à Canteleu, une commune qui jouxte Rouen (Seine-Maritime), indique France 3 Normandie. La scène s'est déroulée au niveau d'un arrêt de bus alors que Mamoudou Barry était en voiture avec sa femme. Après qu'un homme l'a insulté, l'enseignant-chercheur est sorti de sa voiture pour obtenir des explications, selon Jonas Haddad, l'avocat de sa famille.

Une source policière explique à France Bleu Normandie que la victime a alors été rouée de coups. "Il s'est pris des coups de poings et des coups de bouteilles qui ont provoqué sa chute. Il est tombé la tête la première sur le sol, avec le rebord d'un arrêt de bus, ce qui a provoqué les blessures mortelles", précise l'avocat de la famille à Europe 1Pris en charge par les secours, l'homme a été transporté au CHU où il est mort samedi des suites de ses blessures.

La victime était un chercheur guinéen

Mamoudou Barry était enseignant-chercheur à l'université de Rouen. Ce Guinéen avait soutenu une thèse de droit sur les "politiques fiscales et douanières en matière d'investissements étrangers en Afrique francophone" le 27 juin dernier à Rouen, selon le site de l'université.

Agé de 31 ans, il était marié et père d'une fille de deux ans. "Débordant de projets, Mamoudou Barry forçait, par son travail, l'admiration de ses collègues et de ses étudiants", a réagi Joël Alexandre, président de l'université de Rouen.

Un suspect arrêté et transféré dans un hôpital psychiatrique

Un jeune homme a été interpellé lundi 22 juillet au matin, a appris franceinfo, confirmant une information de LCI. Le suspect a été arrêté à Sotteville-lès-Rouen vers 9h20, précise France Bleu Normandie. Il a été identifié grâce à des images des caméras de vidéosurveillance. Plusieurs témoins, dont des proches de la victime, avaient également été auditionnés par les enquêteurs. Agé de 29 ans, l'homme, de nationalité turque, est connu pour des antécédents psychiatriques, selon une source policière à France 3.

Selon une source policière à France Bleu Normandie, le suspect "a été arrêté dans un hôtel où il se cachait. C'est sa petite amie qui l'a révélé aux policiers". La jeune femme s'est présentée aux policiers lundi matin, leur expliquant que son compagnon était rentré le soir de l'agression "très énervé et la main gonflée". Toujours selon France Bleu Normandie, le suspect a été transféré à la mi-journée vers l'hôpital psychiatrique du Rouvray pour un examen. Les médecins ont estimé que son état psychologique n'était pas compatible avec un placement en garde à vue. Il est actuellement hospitalisé.

Le procureur de Rouen, Pascal Prache, a confirmé lundi en début d'après-midi qu'"à la suite de l'examen médical, la garde à vue allait être levée" et le suspect "hospitalisé"

Des circonstances encore floues

D'après Kalil Keita, enseignant à l'université de Rouen et proche de la victime, le mobile raciste ne fait aucun doute. Interrogé par France Bleu Normandie, il a expliqué que la femme de la victime lui avait raconté l'altercation. Elle affirme que l'agresseur "les a traités de sales noirs" et a fait "allusion au match Sénégal-Algérie", la finale de la CAN qui se déroulait vendredi soir, disant "on va vous niquer ce soir".

Toujours selon Kalil Keita, la victime aurait alors "commencé à dire : 'Je ne suis pas sénégalais, je ne suis pas algérien, ni même très footeux'. Mais il n'a pas eu le temps de terminer sa phrase" que son interlocuteur l'a frappéAuprès de France 3 Normandie, Kalil Keita précise qu'"au quatrième coup, il est tombé sur la tête, la nuque a tapé le goudron et il y avait du sang partout". 

Plusieurs témoins de la scène, "dont un voisin qui a porté secours à la victime", confirment avoir entendu des insultes racistes. "Pour sa famille, il n'y a pas de doute : Mamoudou Barry a été agressé en raison de sa couleur de peau", souligne Jonas Haddad au Parisien

Selon les déclarations d'un témoin aux policiers, citées par France Bleu Normandie, le suspect aurait été aperçu en train de "hurler tout seul contre des voitures avant l'altercation vendredi soir". Les autorités ne confirment pas pour l'instant ces informations. Le parquet indique que "les auditions et vérifications en cours" doivent permettre d'y voir plus clair mais se refuse, pour l'heure, à tout commentaire.

Vous êtes à nouveau en ligne