Brest : une femme légèrement blessée dans le téléphérique urbain

Le téléphérique de Brest lors de sa réouverture le 5 janvier 2017.
Le téléphérique de Brest lors de sa réouverture le 5 janvier 2017. (FRED TANNEAU / AFP)

Une femme a été légèrement blessée aux cervicales suite à un freinage d'urgence, vendredi, dans le téléphérique urbain de Brest, a fait savoir France Bleu Breizh Izel.

Une femme a été légèrement blessée en prenant le téléphérique urbain de Brest, a rapporté, lundi 9 janvier, France Bleu Breizh Izel. La passagère se plaint de douleurs aux cervicales suite à un freinage d'urgence. La direction de Keolis, exploitant du téléphérique, a confirmé cette information.

Les faits remontent à vendredi 6 décembre. Vers 18 heures, alors qu'une centaine de passagers ont pris place dans les cabines du téléphérique, celles-ci s'arrêtent brutalement. Parmi les passagers, une femme se plaint de douleurs aux cervicales. Les causes du freinage d'urgence ne sont pas encore connues ou analysées, mais selon la direction de Keolis, l'incident est équivalent à une chute dans un bus ou un tramway.

Des incidents à répétition

Inauguré le 19 novembre dernier, le téléphérique de Brest avait dû être arrêté dix jours plus tard, ses portes s'étant ouvertes en plein vol, pendant un test. Après cinq semaines de réparations, il a été remis en service le jeudi 5 janvier, avant d'être à nouveau brièvement arrêté pour un problème cette fois de fibre optique. 

Samedi 7 janvier, un journaliste de France Bleu Breizh Izel avait constaté également un nouveau dysfonctionnement, les portes s'étant refermées brutalement au moment de l'embarquement des passagers, du côté de la station Jean Moulin.

La mairie de Brest agacée

Enfin, depuis dimanche 8 janvier, le téléphérique de Brest est à nouveau à l'arrêt. Il va être remis en service mardi midi à la suite d'une panne informatique. Ces problèmes à répétition agacent la mairie. Du côté de l'exploitant, on explique que le téléphique urbain de Brest est une "première mondiale".

Entièrement automatisé, ce téléphérique doté de deux nacelles pouvant embarquer chacune 60 passagers a coûté 19 millions d'euros. Il s'agit du premier téléphérique urbain de France.