Braquage de Kim Kardashian : "On lui prend les bijoux", un braqueur raconte le larcin de l'intérieur

Une voiture de police stationne devant l\'endroit où s\'est déroulé le braquage de la star Kim Kardashian, le 3 octobre 2016 à Paris.
Une voiture de police stationne devant l'endroit où s'est déroulé le braquage de la star Kim Kardashian, le 3 octobre 2016 à Paris. (ALPHA CIT / CITIZENSIDE / AFP)

L'homme a d'abord nié les faits, avant de raconter dans le détail sa participation au braquage de la star de téléréalité. "Le Monde" a eu accès à son audition.

Un récit du braquage de Kim Kardashian de l'intérieur. Le journal Le Monde a eu accès à l'audition de l'un des braqueurs, âgé de 60 ans, dit "le Vieux". S'il a d'abord nié les faits, il a ensuite reconnu sa participation au braquage. "Je n’aurais jamais pensé une telle ampleur. C’est parti sur une histoire de… une histoire à très basse échelle. Une agression qui a pris une escalade. Je ne sais plus quoi dire", a-t-il expliqué à la police pendant son interrogatoire, relayé par Le Monde. L'homme a ensuite raconté le larcin. 

"Ça n’était pas un truc violent"

L'équipe a été informée des déplacements de Kim Kardashian par une personne proche de la star américaine. Pour le reste, "il suffisait de regarder sur internet pour tout savoir, absolument tout", raconte le braqueur, citant la nature des bijoux et son heure d'arrivée en France. "Ce n’était pas un gros vol à main armé. Il suffisait de neutraliser le veilleur de nuit et d’accéder à la chambre, présente "le Vieux". C’était une affaire très simple. Ça n’était pas un truc violent. C’est pas un braquo, quoi." L'homme raconte avoir annulé un premier projet de braquage avant celui du 2 octobre. 

A ce moment-là, l'homme raconte que l'équipe "prend les bijoux" de Kim Kardashian, "l'attache" et "la pose dans la salle de bains". "Avec douceur, précise-t-il. On n’a pas exhibé d’arme devant une femme." Les braqueurs s'enfuient ensuite à pieds et à vélos avant de se rendre à Anvers, en Belgique, pour la revente de leur butin.

Là-bas, l'homme raconte qu'ils ont fait fondre les bijoux afin qu'ils ne soient pas reconnus. Pour ce qui est du diamant de la star, "le Vieux" raconte qu'une personne l'a encore. "Tout le monde a eu peur de vendre, parce que c’est une pierre qui est repérable."

Vous êtes à nouveau en ligne