Ce que l’on sait de l'affaire des bébés congelés de l’Ain

Deux bébés ont été retrouvés congelés au domicile d\'une femme d\'une trentaine d\'année à Ambérieu-en-Bugey (Ain), le 24 mars 2013.
Deux bébés ont été retrouvés congelés au domicile d'une femme d'une trentaine d'année à Ambérieu-en-Bugey (Ain), le 24 mars 2013. (FRANCETV INFO / FRANCE 3 RHÔNE-ALPES)

La mère des nouveau-nés a reconnu les avoir mis dans son congélateur en 2011 et 2012. Francetv info fait le point sur les avancées de l'enquête.

Elle est passée aux aveux. La femme chez qui deux bébés congelés ont été découverts, dimanche à Ambérieu-en-Bugey (Ain), a avoué avoir tué ses nouveau-nés en les noyant. Elle a reconnu les avoir cachés dans son congélateur en 2011 et 2012. Ces précisions ont été apportées par le procureur de la République de Bourg-en-Bresse, Denis Mondon, lors d'une conférence de presse, mardi 26 mars. Francetv info récapitule les avancées de l'enquête.

Qu'a-t-on découvert ?

Le compagnon de la jeune femme a d'abord découvert un petit corps dans le congélateur de la maison, dimanche. Cet homme, qui ne vivait pas avec la mère, "serait le père des deux enfants", mais n'avait pas remarqué les grossesses, a précisé le procureur. Après sa découverte, il a aussitôt appelé les gendarmes, qui ont trouvé un deuxième corps congelé, de sexe masculin, comme le premier. Leur aspect n'a pas permis de dire s'ils étaient viables ou non.

Mais, mardi, la mère a avoué avoir tué ses deux bébés. Elle a déclaré qu'ils étaient "nés vivants", a précisé le procureur. Elle était tombée enceinte dès le début 2011, selon ses premières déclarations. "Le premier décès se situerait à l'automne 2011 et le second à l'automne 2012", a ajouté le magistrat.

Qui est la mère des bébés ?

La jeune femme, une serveuse de 32 ans, est mère d'un enfant d'une douzaine d'années. Dans son quartier modeste d'Ambérieu, un voisin, interrogé par l'AFP, a évoqué "une personne qui vivait comme tout le monde, qui travaillait (...), toujours souriante, aimable". Lors de son audition, elle a assuré aux enquêteurs qu'elle aimait ses deux bébés. "Mais on ne sait rien sur ses motifs", a expliqué le procureur de la République. Elle est apparue comme une "femme très abattue, qui parlait beaucoup", a-t-il ajouté, mettant en garde l'administration pénitentiaire contre un risque de suicide.

Quels sont ses antécédents ?

La jeune femme a déjà été condamnée en 2005 à quinze ans de prison pour avoir tué son nouveau-né, avec l'aide de sa mère, en 2002. Après avoir dissimulé sa grossesse, elle avait accouché dans les toilettes. Elle avait alors demandé à sa mère de placer le corps dans un sac, qui avait ensuite été abandonné dans une maison en ruines. La jeune femme est restée derrière les barreaux de juillet 2002 à décembre 2010. Sa mère a été condamnée à 18 ans de réclusion.

Le procureur a justifié la libération anticipée de la jeune femme, qui disposait d'un emploi et faisait l'objet d'une obligation de soins. "La cour d'assises disait dans son jugement qu'elle pouvait avoir un aménagement de peine après sept ans et six mois", a-t-il expliqué. Il s'est dit perplexe face à cette "récidive de crime à crime", exceptionnelle selon lui. La mère des bébés risque désormais la réclusion à perpétuité.

Quelle est la suite de l'enquête ?

Selon nos confrères de France 3 Rhône-Alpes, qui ont révélé l'information, les enquêteurs ont planté de grandes tentes dans le jardin de la maison afin de poursuivre leurs investigations à l'abri des regards. Ils s'interrogeraient sur l'existence d'un troisième corps de nouveau-né. 

Les autopsies des deux petits garçons devraient permettre de déterminer s'ils sont bien nés vivants et s'ils sont bien morts par noyade. Mais, "en raison des conditions de conservation des deux corps, l'autopsie ne pourra pas être pratiquée rapidement", précise Le Progrès.

Vous êtes à nouveau en ligne