Au moins un blessé après des coups de feu sur le tournage d'un clip de Booba en Seine-Saint-Denis

Le rappeur Booba lors du festival des Vieilles Charrues, à Carhaix-Plouger (Finistère), le 18 juillet 2019. 
Le rappeur Booba lors du festival des Vieilles Charrues, à Carhaix-Plouger (Finistère), le 18 juillet 2019.  (LOIC VENANCE / AFP)

Une enquête a été ouverte par le parquet de Bobigny. 

Une personne a été blessée par balle, dans la nuit de mardi 20 à mercredi 21 août, sur le tournage d'un clip de Booba à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), a indiqué à franceinfo une source proche du dossier, confirmant une information d'Europe 1. "Des détonations ont été entendues dans une zone industrielle vers minuit", a indiqué cette source. Une fois sur place, les policiers ont constaté qu'un clip de Booba était en tournage. Un tournage qui avait reçu l'aval des autorités. 

"Aucune idée du motif" de l'attaque

Le rappeur "avait déjà quitté les lieux" lorsque les forces de l'ordre sont arrivées, alertées par les tirs. Une quinzaine d'individus armés ont interrompu le tournage, également munis de "battes de baseball et de bâtons". Plusieurs personnes ont été blessées : le réalisateur du clip et un technicien ont été frappés à coups de pied, de poing et de battes, selon une source policière. Une autre personne a été touchée par balle à la cuisse. Elle a été hospitalisée, mais ses jours ne sont pas en danger.

Une enquête a été ouverte par le parquet de Bobigny. Pour l'instant, les enquêteurs n'ont "aucune idée du motif" de cette attaque. "Nous ne savons pas si [Booba] a été victime lui aussi ou partie prenante, on sait qu'il n'a pas pour habitude de se laisser faire", rapporte une source proche de l'affaire citée par Le Parisien, qui évoque le différend entre le rappeur et Kaaris, originaire de Sevran, ville voisine d'Aulnay-sous-Bois.

Sur le réseau social Instagram, où il compte 4,2 millions d'abonnés, Booba a réagi mercredi en postant une vidéo où il apparaît l'air moqueur et les yeux écarquillés, devant un écran de télévision rapportant l'attaque.

Aucune interpellation pour le moment

Sur le terrain où avait lieu le tournage, des bouteilles de whisky vides, des paquets de cigarettes écrasés et des dizaines de résidus de fumigènes étaient visibles sur le sol, a constaté une journaliste de l'AFP. On trouvait aussi plusieurs cartes de visite noires siglées "La piraterie", pouvant faire référence à ses fans qu'il surnomme les "pirates". Aucune interpellation n'a encore eu lieu

"A partir de 19 heures, il y a eu entre 100 et 200 personnes qui sont arrivées avec des voitures plus ou moins grandes. Comme pour une grosse soirée. Mais on n'a rien vu, rien entendu, on a quitté la zone à 19 heures 30", rapporte Fong Lou, gérant d'une entreprise située en face du terrain. .

Lundi soir, le "Duc de Boulogne", du nom de la ville où il a été élevé, s'était rendu dans une cité de Nanterre pour tourner des plans du clip de ce nouveau morceau, Glaive, sorti il y a deux semaines, avec le réalisateur Chris Macari. Des images du tournage nocturne dans la cité Pablo Picasso ont été partagées sur les réseaux sociaux. On distingue notamment des pitbulls et un boxeur originaire de la ville, Bilel Jkitou.

Vous êtes à nouveau en ligne