Attentat de Nice : la préméditation ne fait plus aucun doute

(Le camion de l'attentat de Nice avait été réservé 10 jours avant l'attaque selon l'enquête © AFP/Anne-Christine Poujoulat)

L'enquête se poursuit après l'attentat de Nice jeudi soir. La police a pu retracer l'emploi du temps et les activités du chauffeur du camion qui a tué 84 personnes et blessé près de 300 autres sur la promenade des Anglais. Des éléments nouveaux qui attestent que Mohamed Lahouaiej Bouhlel avait bien pensé cette attaque. Sept personnes sont toujours en garde à vue ce lundi matin.

La préméditation ne fait plus aucun doute : le reportage d'Olivier Boy
--'--
--'--

Premier enseignement de cette enquête, le tueur de Nice avait prémédité son acte. Le 14 juillet, le camion était réservé depuis dix jours déjà. Mohamed Lahouaiej Bouhlel a repéré les lieux, la promenade des Anglais, la veille et le jour même également. Le camion est vu sur le boulevard quelques heures avant le feu d’artifice.

Un texto pour demander plus d'armes

Deuxième élément, Mohamed Lahouaiej Bouhlel a eu des complices, au moins pour acheter son arme, ce pistolet de petit calibre avec lequel il a tiré sur la police. L’homme qui lui a vendu cette arme est en garde à vue. Mohamed Lahouaiej Bouhlel lui a même envoyé un texto quelques heures avant l’attaque pour lui demander plus d’armes. Mais à ce stade, rien ne dit que cet homme, ce trafiquant, avait connaissance des projets terroristes de son client.

Reste dans cette enquête, la question principale : comment est-il devenu un "soldat de Daech" tel que l’organisation l’a écrit dans son communiqué. A ce stade, aucune revendication n’a été retrouvée dans ses affaires.

Certains de ses proches, en garde à vue, reconnaissent qu’il parlait un peu plus de religion ces dernières semaines mais sans évoquer Daech. S’est-il radicalisé tout seul ? Ou a-t-il été pris en main et endoctriné très rapidement par d’autres djihadistes qui ont repéré en lui un homme fragile et manipulable ? C’est la principale question que se posent toujours les enquêteurs. 

A LIRE AUSSI ►►►Attentat de Nice : le pronostic vital de 18 personnes toujours engagé