Présidentielle : les réactions des candidats face à l’attentat des Champs-Elysées

France 3

La France est de nouveau victime du terrorisme, et ce à trois jours du premier tour de l’élection présidentielle. Un attentat qui bouleverse la fin de la campagne.

L’attaque des Champs-Elysées s’est invitée dans le dernier grand oral télévisé des candidats à l’élection présidentielle jeudi 20 avril. Une irruption qui a eu pour effet de recentrer le débat sur la sécurité, un thème porteur pour Marine Le Pen. Dès jeudi soir, la candidate du Front national a adopté une attitude et un langage martiaux.

"Je veux qu’on mette en place un plan d’attaque, clairement, contre ces terroristes islamistes", a-t-elle déclaré. En réaction à la situation, elle a annulé ses déplacements et a préféré tenir une conférence de presse, au cours de laquelle elle a demandé la fermeture des frontières.

Pas d’annulation pour Mélenchon et Hamon

François Fillon aussi a adopté un discours de chef de guerre et s’est posé en sauveur : "Certains n’ont pas encore, semble-t-il, pris la mesure du mal qui nous agresse et que pour ma part, j’entends combattre d’une main de fer".

Un ton qui contraste avec celui de Jean-Luc Mélenchon, qui n’a pas annulé sa fin de campagne. "Notre premier devoir est un devoir de sang-froid. Il ne faut pas céder à la panique, aux émotions, et ne pas se vouer à la haine", a déclaré le candidat de la France insoumise. Dans la même veine, Benoît Hamon estime que la démocratie ne doit pas plier face au terrorisme.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne