Cette vidéo n'est plus disponible

Opération Sentinelle : les militaires à bout

Pour la sixième fois depuis le début de l'année, une patrouille de l'opération Sentinelle a été prise pour cible, mercredi 9 août à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine). Sous couvert d'anonymat, une militaire fait part de son inquiétude face au manque de moyen. "Quand on voit qu'il y a des gens qui partent faire des missions de protection comme ça avec des gilets qui sont HS (hors-service, ndlr), on sait très bien que si on se prenait une balle, de toute manière, le gilet serait complètement inefficace. Donc je pense qu'on a retiré des moyens aux armées il y a quelques années, on les met autre part. Maintenant on continue à nous demander les mêmes missions, mais on n'a plus les mêmes moyens", dit-elle.

Un coût de 400 000 euros par jour

Lancée en 2015 après les attentats de Charlie Hebdo, le dispositif Sentinelle mobilise 10 000 soldats dont 3 000 en réserve, et coûte 400 000 euros par jour. Plusieurs centaines de femmes de militaires ont décidé de lancer une association pour dénoncer cette opération qu'elles jugent inutile.

Le JT
Les autres sujets du JT
plus