Attaque contre des militaires à Levallois-Perret : l'opération Sentinelle remise en cause

L'attaque contre six militaires à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine) relance le débat sur l'efficacité de l'opération Sentinelle. Des milliers d'hommes patrouillent sur tous le territoire français pour assurer la sécurité des citoyens, mais ils sont aussi une cible pour les terroristes.

Des militaires pris pour cible à l'aéroport d'Orly (Val-de-Marne) le 18 mars dernier. Des soldats attaqués à la machette dans le carrousel du Louvre (Paris) un mois plus tôt. Les hommes de l'opération Sentinelle sont devenus des cibles. Mise en place en 2015 après l'attentat de Charlie Hebdo, Sentinelle est une force dissuasive. Elle mobilise 10 000 militaires et coûte 400 000 euros par jour. Et son efficacité pose aujourd'hui question. "Il n'y a aucun impact opérationnel, Sentinelle n'a jamais déjoué, ni empêché, ni entravé, aucun attentat en France depuis sa mise en oeuvre", indique Jean-Charles Brisard du centre d'analyse du terrorisme.

L'opération Sentinelle va perdurer

En 2015, les gardes sont initialement statiques, à proximité de sites sensibles. Elles sont rapidement abandonnées au profit de troupes mobiles. Mais les militaires restent des cibles privilégiées par les terroristes. Ce mercredi matin, la ministre des Armées l'a confirmé, l'opération Sentinelle s'inscrira dans la durée tant qu'elle sera jugée utile pour la protection des Français.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne