VIDEO. Terrorisme : ces "fous d'Allah" qui ont des antécédents psychiatriques

C'est l'autre visage du terrorisme en France. Moins médiatique que l'attentat de "Charlie Hebdo", dont le procès s'ouvre le 2 septembre, mais tout aussi inquiétant. Depuis 2012, la moitié des attaques ou tentatives d'attentat terroriste ont été commises par des personnes ayant des antécédents psychiatriques. "Complément d'enquête" a cherché à en savoir plus sur ces "fous d'Allah" que leur fragilité rend perméables à la propagande islamiste.

C'était il y a tout juste un an. A Villeurbanne, ce chauffeur de bus n'oubliera jamais le 31 août 2019. A la gare routière, en quelques minutes, neuf personnes viennent d'être poignardées, un jeune homme est mort. Le 3 septembre 2020, Abdelkader raconte dans "Complément d'enquête" comment il a réussi à stopper un massacre. Avec deux de ses collègues, il a pu maîtriser l'agresseur qui a fini par jeter ses armes, un couteau et une broche.

Son regard était "vide", décrit Abdelkader, son visage "sans expression au moment où il donnait ses coups... comme si c'était rien de couper, de planter… comme s'il ne faisait pas de mal". Interpellé, l'homme confiera aux enquêteurs avoir entendu des voix insulter Allah, et lui ordonner de commettre une tuerie. Il s'agit d'un réfugié afghan de 33 ans, souffrant de schizophrénie et sujet à des délires mystiques. 

Villeurbanne, Romans-sur-Isère, Marseille...

D'après les données recueillies par "Complément d'enquête", depuis 2012, sur 44 attaques terroristes ou tentatives d'attentat, la moitié des agresseurs avaient des antécédents psychiatriques. Des personnalités fragiles, perméables à la propagande islamique. Capables de passer à l'acte en une fraction de seconde, comme à Marseille en août 2017 : selon les autorités, le conducteur de la fourgonnette avait volontairement foncé sur les passants. Ou à Romans-sur-Isère, en plein confinement, quand un homme armé d'un couteau a tué deux personnes et en a blessé cinq autres – aux cris de "Allahou akbar", selon les témoins. 

Que se passe-t-il dans la tête de ces "fous d'Allah", parfois simplement fous tout court ? Comment s'en protéger ? Cinq ans après les attentats de 2015, alors que s'ouvre le procès de l'attaque contre Charlie Hebdo, "Complément d’enquête" fait l'état des lieux de cette autre forme de menace terroriste. 

Extrait de "Les fous d'Allah", un reportage à voir dans "Complément d'enquête" le 3 septembre 2020.

> Les replays des magazines d'info de France Télévisions sont disponibles sur le site de Franceinfo et son application mobile (iOS Android), rubrique "Magazines".

Vous êtes à nouveau en ligne