Le joggeur blessé à Fontenay-aux-Roses met en cause un ami d'Amedy Coulibaly

Un joggeur a été agressé sur la coulée verte, le 7 janvier 2015, à Fontenay-aux-Roses (Hauts-de-Seine).
Un joggeur a été agressé sur la coulée verte, le 7 janvier 2015, à Fontenay-aux-Roses (Hauts-de-Seine). (GOOGLE STREET VIEW)

Un homme blessé par balles, le 7 janvier, affirme avoir reconnu son agresseur, début mai, en regardant des reportages sur les attentats.

L'agression s'est déroulée le soir de l'attaque contre Charlie Hebdo, le 7 janvier. Près de cinq mois plus tard, Le Parisien révèle, jeudi 4 juin, que le joggeur blessé par balles à Fontenay-aux-Roses (Hauts-de-Seine) a indiqué aux enquêteurs avoir reconnu le tireur. Ce dernier, un ami d'Amedy Coulibaly, est déjà mis en examen depuis mars dans le cadre de l'enquête sur les attentats de Paris.

L'homme désigné par la victime de 33 ans s'appelle Amar Ramdani. Il a connu Amedy Coulibaly lors de son passage à la maison d'arrêt de Villepinte (Seine-Saint-Denis) et l'a rencontré à plus de dix reprises les mois précédant les attentats, en particulier les 5 et 6 janvier.

Coulibaly hors de cause ?

Le joggeur, qui reçoit toujours des soins hospitaliers réguliers, estime avoir reconnu son agresseur dans deux reportages télévisés sur les attentats. "Quand il a découvert ce visage, il a aussitôt confié à sa famille que c'était cet individu, ou quelqu'un qui lui ressemblait beaucoup, qui lui avait tiré dessus", indique au Parisien une source proche du dossier.

Jusqu'ici, l'hypothèse privilégiée était celle d'un tir d'entraînement de la part d'Amedy Coulibaly, auteur des attaques de Montrouge et de la porte de Vincennes, les 8 et 9 janvier. Le terroriste résidait à Fontenay-aux-Roses et l'arme utilisée contre le joggeur a été retrouvée dans l'Hyper Cacher de la porte de Vincennes. Le joggeur est formel : "Il ne reconnaît pas Coulibaly comme son agresseur."

Vous êtes à nouveau en ligne