Charlie Hebdo : la femme de Tignous indésirable à un marché de Noël

Chloé Verlhac à Montreuil (Seine-Saint-Denis), le 15 janvier 2015.
Chloé Verlhac à Montreuil (Seine-Saint-Denis), le 15 janvier 2015. (MARTIN BUREAU / AFP)

La veuve du dessinateur tué lors des attentats de janvier a dénoncé des pressions exercées sur un libraire du Cher pour qu'il annule son invitation.

Chloé Verlhac, l'épouse du dessinateur Tignous, a dénoncé samedi 28 novembre des pressions exercées sur un libraire de Sancerre (Cher) pour qu'il annule son invitation à participer à un marché de Noël. La veuve du caricaturiste, tué lors de l'attaque de Charlie Hebdo en janvier, devait dédicacer des livres de son mari.

Olivier Bourdon, le patron du café-librairie de Sancerre, a confirmé à l'AFP avoir dû renoncer à faire venir Chloé Verlhac au marché de Noël, organisé par l'association des parents d'élèves de Sury-en-Vaux et Verdigny dimanche 6 décembre. Une séance de dédicaces est néanmoins programmée à la place le même jour à la même heure chez un vigneron, a-t-il ajouté.

Les parents craignent "pour la sécurité de leurs enfants"

Un gendarme s'est plaint de cette invitation auprès d'Olivier Bourdon, le 20 novembre dernier, affirmant que son travail est "d'assurer la sécurité" de la population. Les maires de Sancerre et de Verdigny ont ensuite contacté la préfecture et demandé le report "de trois mois" de cette séance de dédicaces, compte tenu "de l'état d'urgence et des risques que fait courir" Chloé Verlhac aux visiteurs, selon le libraire.

Sans interdire la manifestation, la préfecture a insisté lundi 23 novembre sur le fait que la période n'était pas idéale. L'association qui organise le marché de Noël a finalement demandé l'annulation de la séance de dédicaces, certains parents craignant pour "la sécurité de leurs enfants", selon Olivier Bourdon.

Chloé Verlhac "bienvenue" à Sancerre, assure le maire

"Tignous disait : 'si on a peur, ils ont gagné'. Il était hors de question qu'on ne vienne pas, qu'on laisse le terrain [aux terroristes], a déclaré Chloé Verlhac face à un public réuni dans une librairie de Toulouse. C'est vrai, je suis dangereuse. Trois jours après les attentats de novembre, on a fait une séance de dédicaces. Je suis allée à Montreuil (Seine-Saint-Denis). Il n'y a jamais eu de problèmes."

Dimanche, le maire Les Républicains de Sancerre, Laurent Pabiot, a assuré dans un communiqué n'avoir "en aucun cas interdit" la venue de Chloé Verlhac, ni de Hélène Honoré, fille du dessinateur Honoré, lui aussi tué dans l'attaque de Charlie Hebdo. Elles sont "bienvenues et je les accueillerai", a déclaré l'élu à l'AFP.

Vous êtes à nouveau en ligne