"Je le revois encore marcher dans la rue, il était comme fou" : après l'attaque au couteau à Paris, les témoins racontent

Une attaque au couteau a été perpétrée près de la place de l\'Opéra à Paris, dans la soirée du 12 mai 2018.
Une attaque au couteau a été perpétrée près de la place de l'Opéra à Paris, dans la soirée du 12 mai 2018. (GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP)

Une personne a été tuée, samedi soir, dans le quartier de l'Opéra, à Paris. Quatre autres ont été blessées. L'assaillant a été abattu par la police.

Un homme armé d'un couteau a agressé cinq personnes dans le 2e arrondissement de Paris avant d'être abattu par la police, samedi 12 mai. Bilan : un mort et quatre blessés dont deux en état d'urgence absolue.

Cela s'est passé un peu avant 21 heures. À ce moment-là, Karine était attablée au bistrot d’Edmond, au débouché de la rue Monsigny, au cœur de ce quartier de bars et de restaurants du 2e arrondissement : "On a entendu des coups de feu, ils nous ont tous fait rentrer dans le bar. Ça s’est passé très vite, on n’a pas cherché à savoir ce qu’il se passait. On a eu assez peur sur le coup."

"Il était comme fou" 

Quelques minutes avant, l’agresseur a sorti son couteau rue saint-Augustin, à quelques dizaines de mètres. Jonathan, serveur dans un restaurant coréen, est sous le choc. Dans ses yeux grands ouverts, un peu fixes, on peut lire le traumatisme qu’il a subi : "Ça me fait des flashs. Il était comme fou." 

Je le revois encore en train de marcher dans la rue, taper dans les commerces, les mains pleines de sang, avec son couteau dans la main.Jonathanfranceinfo

À mesure que l’agresseur avançait dans la rue, un début panique s'est déclenché. Des passants sont venus au secours des victimes. Milan, 19 ans, passait par là. "Il y avait une femme qui s’affolait, qui allait de trottoir en trottoir en regardant autour d’elle", raconte-t-il.

"Il y avait déjà des gens qui s’occupaient très bien d’elle, quelqu’un qui prenait son pouls, on lui a apporté énormément de bandages d’un hôtel, on compressait une plaie à la jambe."

Les passants, sous le choc, racontent l'attaque. Reportage - Grégoire Lecalot
--'--
--'--

La section antiterroriste de Paris saisie

Selon le procureur de Paris, François Molins, l'assaillant a crié "Allah Akbar" en perpétrant son attaque. Selon un bilan communiqué par la préfecture de police de Paris peu avant 22h30, l'un des passants agressés a trouvé la mort, tandis que deux ont été blessées grièvement et deux autres plus légèrement. 

L'auteur de l'attaque, lui, a été abattu par la police. La section antiterroriste du parquet de Paris a été saisie, a annoncé en fin de soirée François Molins. L'attaque a été revendiquée par le groupe État islamique, via son agence de propagande Amaq.

Vous êtes à nouveau en ligne