"La violence se répand dans toute la France" : mais d'où sort cette pseudo-carte des "no go-zones" ?

Une carte recensant de pseudo-émeutes en France, diffusée sur Twitter par une blogueuse américaine, le 16 février 2017.
Une carte recensant de pseudo-émeutes en France, diffusée sur Twitter par une blogueuse américaine, le 16 février 2017. (TWITTER)

Une blogueuse américaine "anti-islam" a publié une carte des quartiers de France où auraient eu lieu des émeutes. Des informations largement erronées.

De Nantes à Lille en passant par le quartier du Marais dans le centre de Paris, la France est-elle submergée par les violences ? C'est en tout cas ce qu'affirme une carte des supposées "no-go zones" françaises publiée par le Daily Express, un tabloïd conservateur britannique, relayée sur Twitter par une blogueuse américaine, Pamela Geller, jeudi 16 février. 

La carte est censée indiquer les "émeutes" qui auraient touché la France lors des manifestations contre les violences policières organisées après la violente interpellation de Théo à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis). Une image de la voiture des journalistes de RTL qui a brûlé lors d'un rassemblement à Bobigny illustre aussi la carte. Mais ce montage, volontairement alarmiste, liste d'autres quartiers ou villes non concernés par la mobilisation et les débordements qui ont pu en découler.

Une militante ouvertement anti-islam

A l'origine de la reprise de cette carte sur les réseaux sociaux, Pamela Geller est une blogueuse et écrivaine à la tête d'un blog, "Geller Report", et d'une organisation, l'Initiative américaine de défense de la liberté, tous deux ouvertement anti-islam. Dans un article accompagnant cette infographie, elle va jusqu'à comparer les violences en France à l'occupation allemande de l'Hexagone en 1940.

L'Américaine est loin d'être la seule à avoir diffusé des informations exagérées sur le sujet, rappelle Slate, mais son message sur Twitter n'est pas passé inaperçu. Pendant plusieurs jours, des internautes ont envoyé leurs réponses humoristiques en vantant le calme de leur quartier, loin d'être à feu et à sang contrairement à sa description. Cette information déformée sur la situation française n'est pas sans rappeler les propos d'un "expert" évoquant sans aucun fondement des zones interdites aux non-musulmans en plein Paris sur la chaîne américaine Fox News, en janvier 2015.

Pamela Geller dénonce le silence des "grands médias du système"

Contactée par franceinfo, Pamela Geller assume pourtant la diffusion de cette carte, malgré la contestation de nombreux internautes français : "Les incidents que j'ai rapportés à Paris sont tous issus de reportages publiés dans des médias reconnus", explique-t-elle par e-mailPour autant, elle ne donne aucune indication sur les supposées violences observées, par exemple, dans le quartier du Marais à Paris. Le cœur de sa stratégie réside en fait dans la dénonciation du supposé silence des "grands médias du système".

Me désigner comme bouc émissaire pour avoir évoqué ces reportages est typique des médias de l'establishment qui ont l'habitude de cacher les ravages que font les migrants musulmans en France et ailleurs en Europe.Pamela Gellerà franceinfo

Sans le citer, elle évoque aussi l'article de Buzzfeed qui rapportait les critiques moqueuses des internautes envers sa carte des "no-go zones". "Prendre des photos de quartiers de Paris où les émeutes n'ont pas eu lieu et les utiliser pour expliquer qu'il n'y a pas eu d'émeutes, est le summum de malhonnêteté d'un média 'mainstream' qui se révèle de plus en plus comme l'organe de propagande gauchiste qu'il est vraiment", explique-t-elle.

Peu après la publication de cette carte mensongère, Pamela Geller a continué de propager d'autres fausses informations sur la France, notamment en faisant un lien entre une agression à Montauban et l'organisation Etat islamique. Là encore sans aucune preuve.

Vous êtes à nouveau en ligne