Affaire Théo : une pétition du FN "pour soutenir la police"

Marine Le Pen, présidente du Front national et candidate à l\'élection présidentielle, visite un marché à Nice (Alpes-Maritimes), le 13 février 2017.
Marine Le Pen, présidente du Front national et candidate à l'élection présidentielle, visite un marché à Nice (Alpes-Maritimes), le 13 février 2017. (VALERY HACHE / AFP)

Après les incidents qui ont éclaté en banlieue parisienne en marge de l'affaire Théo, le parti de Marine Le Pen a mis en ligne aujourd'hui une pétition qui "vise à rappeler le soutien des Français" aux forces de l'ordre, selon la formation d'extrême droite.

Le Front national a lancé, lundi 13 février, une pétition "pour soutenir la police" après les débordements qui ont eu lieu ces derniers jours en banlieue parisienne, en marge de l'affaire Théo, jeune homme de 22 ans victime d'un viol présumé lors d'un contrôle de police en Seine-Saint-Denis.

Cette pétition "vise a rappeler le soutien des Français à la police nationale, mais aussi bien sûr à la gendarmerie", indique le parti d'extrême droite dans un communiqué.

Pour Marine Le Pen, les incidents qui ont éclaté à Bobigny (Seine-Saint-Denis), à Argenteuil (Val-d'Oise) et aux Ulis (Essonne) sont "la conséquence du laxisme qui diffuse dans la société française, qui est la responsabilité des politiques qui nous ont gouvernés pendant des années".

De son côté, le gouvernement a lancé un appel au calme. Le ministre de l'Intérieur, Bruno Le Roux, a condamné "toutes les violences de la façon la plus forte". Le Premier ministre, Bernard Cazeneuve, a quant à lui estimé que "l’émotion légitime" suscitée par l’affaire Théo "ne saurait en rien justifier ces violences inacceptables".