Arrestation de Salah Abdeslam : retour sur quatre mois de traque

(Salah Abdeslam pourrait être resté quatre mois en Belgique © SIPA/Sipany)

Salah Abdeslam était l'homme le plus recherché d'Europe depuis les attentats du 13 novembre. Après une longue fuite de quatre mois, l'homme de 26 ans a été arrêté ce vendredi en Belgique, à Molenbeek.

Plusieurs fois Salah Abdeslam est passé entre les mailles du filet. Une première, le matin du 14 novembre, le lendemain des attentats de Paris. Deux complices le ramènent en Belgique et se font contrôler à Cambrai, mais sans éveiller les soupçons des forces de l'ordre.

A ce moment-là, la Belgique n'a pas encore donné le signalement de celui qui a participé aux attaques du 13 novembre. 15 minutes plus tard seulement, la Belgique donne les renseignements sur Salah Abdeslam. Pour quinze minutes, les gendarmes français ont donc manqué son arrestation. 

Une fuite au nez et à la barbe des forces spéciales

Salah Abdeslam aurait ensuite été repéré deux jours après les attentats, dans une maison de la commune bruxelloise de Molenbeek-Saint-Jean. Mais, quand la police débarque, les lieux sont inoccupés. Le suspect aurait pris la fuite caché dans un buffet, au nez et à la barbe des forces spéciales belges. Un de ses complices aurait procédé à un faux déménagement. 

A LIRE AUSSI ►►► Remous en Belgique autour de l'arrestation manquée d'Abdeslam

Salah Abdeslam aurait été aperçu plus tard dans différents points de la capitale belge. Il se serait caché pendant plusieurs jours en décembre dans une autre commune de Bruxelles, Schaerbeek. Pendant quatre mois, il n'a probablement jamais quitté la Belgique. 

Une attaque avortée dans le XVIIIe arrondissement de Paris ? 

Salah Abdeslam, 26 ans, est né à Bruxelles. Il a longtemps vécu là où tout s'est terminé ce vendredi, à Molenbeek. C'est lui qui aurait déposé les trois kamikazes au Stade de France, à Saint-Denis le soir du 13 novembre. Alors, quelle était ensuite la mission du jeune Français ? Selon l'hypothèse privilégiée par les enquêteurs, il devait mener une sixième attaque dans le XVIIIe arrondissement de Paris, comme l'a revendiquée Daech. 

Salah Abdeslam aurait renoncé à se faire exploser et abandonné sa ceinture d'explosifs à Montrouge. Son ADN n'a jamais été retrouvé dessus, mais d'après la justice "cela ne veut pas dire qu'il ne l'a pas portée". 

Plusieurs éléments font penser qu'il a joué un rôle de coordinateur dans les attentats. Il a loué deux des trois voitures utilisées par les terroristes. Enfin, c'est avec sa carte bancaire qu'ont été payées deux chambres d'hôtel utilisées par des membres des commandos à Alfortville, près de Paris, dans le Val-de-Marne.

A LIRE AUSSI ►►► Attentats : Salah Abdeslam n'a pas été "jusqu'au bout", selon son frère

(©)