Aisne : un homme condamné à un mois de prison ferme après avoir volé 20 centimes devant la gendarmerie

Photo d\'illustration d\'une pièce de monnaie de vingt centimes, le 30 octobre 2014, à l\'usine de Pessac (Gironde).
Photo d'illustration d'une pièce de monnaie de vingt centimes, le 30 octobre 2014, à l'usine de Pessac (Gironde). (REGIS DUVIGNAU / REUTERS)

Le prévenu avait fouillé, fin janvier, un véhicule resté ouvert et garé devant la gendarmerie de Laon. Il avait été pris en flagrand délit.

Parce qu'il a volé une pièce de 20 centimes dans le véhicule d'un garagiste travaillant pour la gendarmerie, un homme a été condamné, jeudi 27 avril, à un mois de prison ferme par le tribunal correctionnel de Laon (Aisne). Les faits remontent à la fin du mois de janvier.

Alors que le véhicule, non verrouillé, était stationné devant la gendarmerie, cet homme de 42 ans, qui sortait de Pôle emploi, avait tenté d'ouvrir la portière. Avec succès. Il avait ensuite fouillé le véhicule sans rien trouver, hormis la pièce de monnaie qu'il a empochée, précise le parquet, confirmant une information du journal L'Union. Le garagiste l'avait aperçu avant que le voleur ne soit interpellé et entendu par les gendarmes.

"S'il y avait eu un billet, il l'aurait pris"

La peine d'un mois ferme "peut paraître disproportionnée par rapport à la hauteur du préjudice, mais le prévenu avait une quinzaine de mentions à son casier judiciaire dont des vols", a souligné une magistrate du parquet. "C'est le fruit du hasard que seuls 20 centimes aient été dérobés : s'il y avait eu un billet de 100 euros, il l'aurait pris." 

"Pour la justice, qui vole un œuf vole un bœuf !, a réagi Cyrille Bouchaillou, l'avocat du prévenu. "C'est un vol dans un véhicule qui se trouvait juste devant la gendarmerie, il aurait pu réfléchir à deux fois, mais le parquet aussi en le renvoyant plutôt devant un délégué du procureur pour un rappel à la loi."

Vous êtes à nouveau en ligne