DOCUMENT FRANCE 3. "Tu leur fais un truc de fou" : guidé par le "diable", Michaël Chiolo menaçait de s'en prendre à des surveillants dès 2016

France 3 révèle, jeudi, le contenu de documents internes de la maison d'arrêt de Besançon.

Il disait avoir reçu un ordre du "diable" dans son sommeil. L'auteur de l'agression de deux surveillants à la prison de Condé-sur-Sarthe (Orne) avait déjà tenu des propos menaçants, en 2016, lorsqu'il était incarcéré à la maison d'arrêt de Besançon (Doubs), selon un document confidentiel de quatre pages révélé, jeudi 7 mars, par France 3.

A l'époque, Michaël Chiolo avait été placé sur écoute en raison de propos haineux et d'actions de prosélytisme dans la cour de promenade. Le personnel avait ensuite alerté la direction de l'établissement en raison du contenu des discussions du détenu avec sa compagne, Hanane Aboulhana. "Il apparaît que la personne détenue Chiolo tient des propos qui s'avèrent alarmants par leur teneur, à l'égard des personnels de la maison d'arrêt de Besançon, de la sécurité de la structure et de la sécurité intérieure", est-il écrit dans le document.

Dans une des conversations, le détenu disait avoir entendu le "sheitan" (le diable), pendant la nuit, lui ordonnant ceci "Demain matin, lorsqu'ils ouvrent la porte, tu leur fais un truc de fou." L'homme précisait ensuite à sa compagne "Je sors de la cellule avec un couteau, j'en attrape un, je l'emmène dans la cellule, il n'y a personne qui fait rien." Plus tard, le personnel avait perçu une nouvelle alerte "Il évoque même la manière dont il pourrait s'y prendre dans ce qui ressemblerait alors à une prise d'otage." Des propos tenus quelques mois avant son transfert à Condé-sur-Sarthe.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne