VIDEO. Viande de cheval : Hamon évoque une éventuelle "tromperie économique"

Francetv info

"Notre dispositif est plutôt bien adapté aux risques sanitaires et bactériologiques", a affirmé mardi le ministre de la Consommation.

"Notre dispositif est plutôt bien adapté aux risques sanitaires et bactériologiques. Est-il adapté à un risque de tromperie économique comme, peut-être, il s'agirait de cela dans notre affaire ?" Benoît Hamon, le ministre de la Consommation, a réagi, mardi 12 février sur BFMTV, après avoir rencontré la veille les représentants des professionnels de l'industrie agroalimentaire, à la suite du scandale de la viande de cheval dans les surgelés.

Le ministre a précisé avoir insisté sur la nécessité pour les industriels de vérifier davantage la viande reçue. Une idée qui a déjà été l'objet de réserves la veille, avant la réunion. "On ne peut vérifier si c'est de la viande de bœuf ou autre que par des tests ADN, on ne peut pas faire systématiquement un test ADN à chaque arrivée de produits nouveaux", avait expliqué sur Europe 1 Jean-René Buisson, président de l'Association nationale des industries alimentaires.

Vous êtes à nouveau en ligne