VIDEO. "Nous avons vendu de la viande de cheval comme telle", assure un abattoir roumain

Fanny Stennler ,Tristan Le Bras - France 2

Paul Soneriu, le gérant de l'un des deux abattoirs roumains mis en cause dans le scandale de la viande de cheval retrouvée dans des plats surgelés, refuse toute implication dans un acte illégal.

"Nous avons vendu de la viande de cheval comme de la viande cheval." Paul Soneriu, le gérant de l'abattoir Carmolimp, l'un des deux établissements roumains mis en cause dans le scandale de la viande de cheval dans des plats surgelés, refuse toute implication dans un acte illégal. Dans une interview exclusive à France 2, il se dit "très surpris".

Il affirme qu'il n'a pas vendu de bœuf à des pays européens en 2012 et qu'il n'a pas vendu de viande à des sociétés françaises. Selon lui, son établissement n'a réalisé que "trois exportations de viande de cheval vers une société néerlandaise sur toute l'année 2012". Paul Soneriu ajoute que le document qui accompagnait la viande de cheval "indiquait clairement qu'il s'agissait de viande de cheval".

D'après le gérant, il s'agit d'un acte de malveillance ou d'une erreur. "Ce que nous pouvons dire, c'est que quelqu'un a, soit délibérément, soit par erreur, changé les documents de travail. Et cette personne tente de faire porter le chapeau à quelqu'un d'autre. Nous ne savons pourquoi. Nous ne croyons pas être impliqué dans cette affaire parce que nous avons contracté un engagement commercial avec une société néerlandaise en lui vendant de la viande de cheval. C'est tout ce que nous avons fait."

Vous êtes à nouveau en ligne