La mère d'un militaire tué par Merah veut que son fils soit reconnu "mort pour la France"

Latifa Ibn Ziaten, la mère de l\'un des soldats tué par Mohamed Merah, montre une photo de son fils lors d\'une marche, le 24 mars 2012.
Latifa Ibn Ziaten, la mère de l'un des soldats tué par Mohamed Merah, montre une photo de son fils lors d'une marche, le 24 mars 2012. (CHARLY TRIBALLEAU / AFP)

TOULOUSE - La famille d'Imad Ibn Ziaten, le premier des militaires tués par Mohamed Merah en mars dernier à Toulouse, en appelle au président François Hollande.

Imad Ibn Ziaten était la première victime de Mohamed Merah en mars à Toulouse. Sa mère, Latifa Ibn Ziaten, en appelle, dans les colonnes du Parisien samedi 9 juin, à François Hollande pour que l'Etat reconnaisse que le sous-officier est mort pour la France "comme l'aurait été un militaire tué au combat" et qu'il recoive la légion d'honneur à titre posthume

Elle a dit avoir refusé la compensation pour préjudice moral que lui a proposée le ministère de la Défense, où elle a été reçue vendredi. Selon elle, le président Nicolas Sarkozy avait promis de prendre en charge les dépenses liées à l'inhumation de son fils au Maroc. "Mais pratiquement rien n'a été fait, si ce n'est le paiement d'un billet d'avion pour les intimes. Sur place, c'est le roi du Maroc qui a tout pris en charge".

Latifa Ibn Ziaten s'étonne également du refus du versement du capital-décès de son fils. "Le ministère a dit que nos revenus étaient trop importants, bien qu'ils soient modestes, pour que nous y ayons droit." Selon elle, l'Etat s'en tient à des "considérations comptables" alors que son fils a servi la France.

Vous êtes à nouveau en ligne