VIDEO. Le témoignage poignant de Loïc Liber, seul militaire survivant de l'attaque de Mohamed Merah

BRUT

Le 15 mars 2012, le terroriste Mohamed Merah tire sur trois militaires : Abel Chennouf, 25 ans, Mohamed Legouad, 23 ans et Loïc Liber, 27 ans. Seul Loïc a survécu. Depuis, il est tétraplégique. Brut l'a rencontré.

C'est le 15 mars 2012, trois militaires se font tirer dessus par le terroriste Mohamed Merah. Parmi eux, Loïc Liber est le seul survivant malgré une balle dans les jambes et une autre qui lui a traversé le cou, lui sectionnant un nerf. "Comme il m'a pris pour mort, il ne m'a pas retiré dessus (…) mes camarades, eux, ils n'ont pas eu cette chance", souffle Loïc. Aujourd'hui, il est tétraplégique et respire à l'aide d'un respirateur. "J'ai l'impression de suffoquer comme quelqu'un qui ne sait pas nager. À certains moments, je ne voulais pas vivre, je ne voulais plus vivre", confie Loïc.

Une longue reconstruction

Depuis le 17 juin 2014, Loïc est soigné et vit à l'Institution Nationale des Invalides, à Paris. Avec un mur de photos comme seul exutoire, l'ancien militaire est loin de sa famille qui, elle, vit aux Antilles : "Elle me manque et c'est difficile de ne pas voir sa famille en fait et je me retrouve, aujourd'hui, tout seul ici." Désormais, Loïc espère pouvoir un jour retrouver une maison dans laquelle il se sentira bien et où il pourra retrouver son intimité. "C'est pour ça que je me bats aussi. Pour montrer que je suis encore là, c'est comme ça que j'étais, c'est comme ça que je suis."

Vous êtes à nouveau en ligne