"Je suis là pour dire à Abdelkader Merah : arrête l'amalgame, ce n'est pas notre religion", témoigne le frère d’Imad Ibn Ziaten

FRANCEINFO / RADIO FRANCE

La cour d’assises spéciale entend mercredi à Paris les victimes du tueur au scooter et leurs familles. Parmi elles, le frère d’Imad Ibn Ziaten, tué par Mohammed Merah : il s’est confié à franceinfo.

"Cela fait cinq ans que j’attends cela, explique à franceinfo Naoufal, le frère d'Imad Ibn Ziaten, premier militaire assassiné par Mohamed Merah. Je veux montrer à Abdelkader Merah qu’il a fait beaucoup de mal." Mercredi 25 octobre, il dira, aux côtés des victimes de Mohamed Merah, sa douleur à la barre, alors que se poursuit la quatrième semaine du procès fleuve d’Abdelkader Merah, le frère du tueur au scooter. 

"Je veux, avec ce message de paix, qu'il puisse réagir, poursuit-il. J’ai besoin de lui montrer ce message de paix que nous, en tant que musulmans, nous ne sommes pas dans la même optique, ni la même religion, que cette famille. Je suis là pour donner la parole à tous les musulmans qui sont sur notre territoire pour leur dire : ce n’est pas notre religion."

Notre religion est une religion de paix et d’amour, Il faut qu’on lui montre qu’il a touché le cœur de notre famille. C’est très important pour moi.

Naoufal Ibn Ziaten

à franceinfo

Abdelkader Merah est poursuivi devant la cour d’assises spéciale pour complicité des sept assassinats terroristes commis par son frère Mohamed Merah. Un autre homme, Fettah Malki, comparaît également. Il a reconnu avoir fourni un soutien logistique au tueur au scooter.

Vous êtes à nouveau en ligne