Une soirée réunit Dominique Strauss-Kahn et des ténors socialistes

Dominique Strauss-Kahn auditionné par une commission d\'enquête du Sénat, le 26 juin 2013, à Paris.
Dominique Strauss-Kahn auditionné par une commission d'enquête du Sénat, le 26 juin 2013, à Paris. (MARTIN BUREAU / AFP)

Samedi soir, lors d'une soirée privée à Paris, Jean-Christophe Cambadélis, Jean-Marie Le Guen et Manuel Valls ont pu croiser DSK, persona non grata au PS depuis 2011.

C'était impensable il n'y a pas si longtemps. Un article du journal Le Monde révèle que Dominique Strauss-Kahn était présent, samedi 11 octobre à Paris, à l'anniversaire d'Anne Hommel, une spécialiste de la communication de crise qui compte l'ancien président du FMI, mais aussi Jérôme Cahuzac, parmi ses clients. Il a pu y croiser le premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis, le secrétaire d'Etat Jean-Marie Le Guen, et même Manuel Valls. Des ténors socialistes qui l'évitaient depuis son arrestation en 2011, après l'accusation d'agression sexuelle proférée par Nafissatou Diallo, une femme de chambre du Sofitel de New York. 

Il y a deux ans, la présence de DSK faisait scandale

Il y a deux ans, entre les deux tours de l'élection présidentielle, Manuel Valls et Ségolène Royal avaient publiquement assuré avoir quitté le bar où Julien Dray célébrait son anniversaire quand DSK y avait fait son entrée, une invitation dont ils n'avaient pas été prévenus. Julien Dray avait payé cher cet oubli, "mis au ban" par l'entourage de François Hollande, rappelle Le Monde.

Le timing du rapprochement actuel n'est pas forcément innocent, suggère le journal, qui envisage une "opération de communication" de l'ancien directeur du FMI. Du 2 au 20 février 2015, Dominique Strauss-Kahn comparaîtra devant le tribunal correctionnel de Lille pour "proxénétisme aggravée en réunion", dans l'affaire du Carlton de Lille.