Le juge a accordé jeudi soir (heure de Paris) la remise en liberté sous caution à Dominique Strauss-Kahn

Dominique Strauss-Kahn et son avocat William Taylor (19 mai 2011)
Dominique Strauss-Kahn et son avocat William Taylor (19 mai 2011) (AFP/Richard Drew)

La caution a été fixée à un million de dollars. Le juge l'a assigné à résidence à New York, sous surveillance électronique.Il a été par ailleurs formellement inculpé jeudi soir de 7 chefs d'accusation par une chambre d'accusation (grand jury), qui a entendu mercredi à huis clos le témoignage de la victime présumée.

La caution a été fixée à un million de dollars. Le juge l'a assigné à résidence à New York, sous surveillance électronique.

Il a été par ailleurs formellement inculpé jeudi soir de 7 chefs d'accusation par une chambre d'accusation (grand jury), qui a entendu mercredi à huis clos le témoignage de la victime présumée.

Les chefs d 'accusation comprennent notamment l'"acte sexuel criminel au premier degré", la "tentative de viol au premier degré", "l'agression sexuelle au premier degré", l'"emprisonnement illégal au second degré" et les attouchements non-consentis.

Prochaine audience fixée au 6 juin
DSK dira, le 6 juin, s'il plaide coupable ou non coupable. Dominique Strauss-Kahn n'a pas encore dit officiellement s'il plaidait ou non coupable, mais dans sa lettre de démission au FMI, il a rejeté toutes les accusations portées contre lui.

On se dirige donc vers un procès, si l'accusé continue à plaider non coupable. S'il plaidait coupable, cela lui éviterait un procès et lui permettrait de négocier une peine avec la justice américaine.

L'ancien directeur du FMI, accusé d'agression sexuelle par une employée d'un hôtel de Manhattan, clame son innocence, assurant vouloir "consacrer toutes ses forces" à sa défense. Il a officiellement démissionné jeudi matin de son poste de directeur du FMI.

Caution d'un million de dollars, assignation à résidence et contrôle électronique
Sa libération sous caution est une première victoire des avocats de DSK qui proposaient le versement d'une caution d'un million de dollars. La caution a d'ailleurs été fixée à un million de dollars avec un dépôt de garantie de 5 millions de dollars (par une éventuelle mise en gage de biens), qui seront saisis par la justice en cas de violation des conditions de libération.

Le juge a par ailleurs exigé que DSK, qui sera assigné à résidence dans un appartement new yorkais loué cette semaine par Anne Sinclair, soit placé sous contrôle électronique 24 heures sur 24, avec un bracelet électronique.

Il devra aussi avoir un gardien armé en permanence devant sa porte et fera l'objet d'une surveillance vidéo. Ces mesures, qui sont aux frais du prévenu, coûteront plus de 200.000 dollars par mois, a calculé le procureur. DSK devra également remettre aux autorités américaines tous ses documents de voyage (passeport...).

L'audience de jeudi
Avant de se retirer pour délibérer sur sa remise ou non en liberté, le juge Michael Obus avait déclaré que "le vrai problème pour cette cour est d'avoir des garanties, et pas seulement financières, pour s'assurer que le défendeur soit présent" aux audiences ultérieures. Il avait souligné que Dominique Strauss-Kahn provient d'un pays, la France, qui n'extrade pas ses ressortissants.

Dominique Strauss-Kahn était arrivé non menotté dans la salle d'audience. Son épouse, Anne Sinclair, était présente à l'audience en compagnie de la fille de DSK. Il a esquissé un sourire dans leur direction en entrant dans la salle et a lancé de la main un baiser à son épouse avant les délibérations.

Il avait été incarcéré lundi sur ordre de la juge Melissa Jackson, qui avait refusé de le libérer malgré l'offre d'une caution d'un million de dollars, invoquant un risque de fuite.