Dominique Strauss-Kahn a récupéré jeudi son passeport, qui lui avait été confisqué par la justice US il y a trois mois

Dominique Strauss-Kahn, le 23 août 2011 à New York.
Dominique Strauss-Kahn, le 23 août 2011 à New York. (AFP - Mladen Antonov)

Avant de regagner la France, Dominique Strauss-Kahn compte faire dans les prochains jours une petite visite au siège du FMI à WashingtonIl s'agira pour l'ancien patron de l'institution d'une "visite privée" pour rencontrer ses anciens collaborateurs.

Avant de regagner la France, Dominique Strauss-Kahn compte faire dans les prochains jours une petite visite au siège du FMI à Washington

Il s'agira pour l'ancien patron de l'institution d'une "visite privée" pour rencontrer ses anciens collaborateurs.

L'ancien ministre des Finances français, âgé de 62 ans, avait annoncé sa démission du FMI le 19 mai dernier, soit cinq jours après son arrestation à New York dans un avion en partance pour Paris.

"C'est avec une infinie tristesse que je me vois obligé aujourd'hui de proposer au conseil d'administration ma démission de mon poste de directeur général du FMI", avait-il écrit dans une lettre rédigée depuis la prison de Rikers Island à New York.

Depuis sa prise de fonctions en novembre 2007 au FMI et jusqu'à sa démission, Dominique Strauss-Kahn n'avait pas ménagé sa peine. Arrivé dans une institution qui s'interrogeait sur son avenir, et que beaucoup dénonçaient comme inutile et néfaste, il avait eu pour première tâche de remotiver ses troupes, tout en menant une restructuration.

Seul bémol dans cette "success story" jusqu'à son arrestation: en 2008, le FMI avait commandé une enquête sur son directeur général à la suite de la révélation d'une relation extra-conjugale avec une ancienne responsable du département Afrique, Piroska Nagy. L'institution avait alors reproché à M.Strauss-Kahn une "grave erreur de jugement".

"Hâte de rentrer dans mon pays" après un crochet par le FMI
"J'ai hâte de rentrer dans mon pays mais j'ai encore quelques petites choses à faire avant de pouvoir partir", ont été les premiers mots prononcés en public par Dominique Strauss-Kahn mardi soir après qui avaient motivé son arrestation et son incarcération.

"Il a recupéré son passeport, ça n'a rien d'extraordinaire, mais pour quelqu'un comme Dominique Strauss-Kahn qui aime voyager et qui aime le monde, c'est symboliquement important", a déclaré jeudi soir son biographe Michel Taubman, après avoir passé une heure avec lui dans sa maison de TriBeCa, dans le sud de Manhattan.

"Ils vont partir bientôt pour Washington, ils ont beaucoup de choses à faire, a-t-il ajouté, précisant qu'il avait trouvé Dominique Strauss-Kahn et son épouse Anne Sinclair "très en forme, très heureux de la nouvelle situation".

"Pour Dominique Strauss-Kahn, c'est très important de retourner au FMI et de repartir dans la dignité", a encore déclaré M.Taubman, précisant que le projet de DSK dans les prochains mois était "de rentrer en France et de se reconstruire après cette épreuve".

Selon un sondage CSA/20 minutes/BFMTV/RMC, 53% des Français ne souhaitent pas que l'ancien favori de la présidentielle de 2012 participe au débat politique dans les prochains mois.

Lire aussi:
>> L'ombre de DSK sur La Rochelle