Deux employées du Sofitel de Manhattan affirment avoir été invitées dans la suite de DSK la veille de son arrestation

Vue de l\'hôtel Sofitel à New York où une femme de chambre dit avoir été agressée sexuellement par le patron du FMI.
Vue de l'hôtel Sofitel à New York où une femme de chambre dit avoir été agressée sexuellement par le patron du FMI. (AFP - Monika Graff)

Selon le New York Times, les deux femmes, invitées séparément par Dominique Strauss-Kahn, ont toutes deux refusé.Cette même nuit du 13 au 14 mai, une caméra vidéo a filmé l'ancien patron du FMI "monter en ascenseur vers 01h20 avec une femme qui ne travaillait pas à l'hôtel", affirme le quotidien américain.

Selon le New York Times, les deux femmes, invitées séparément par Dominique Strauss-Kahn, ont toutes deux refusé.

Cette même nuit du 13 au 14 mai, une caméra vidéo a filmé l'ancien patron du FMI "monter en ascenseur vers 01h20 avec une femme qui ne travaillait pas à l'hôtel", affirme le quotidien américain.

Au matin, M. Strauss-Kahn a commandé un petit-déjeuner pour une seule personne à 09h24, est-il précisé.

Cette personne a pu être identifiée, mais "elle a refusé de répondre aux questions des enquêteurs" sur le but de sa visite, poursuit le New York Times, citant une source policière sous le couvert de l'anonymat.

DSK a été interpellé quelques heures plus tard le samedi, après une plainte d'une femme de chambre de l'hôtel qui l'accuse de crimes sexuels.

M. Strauss-Kahn a été libéré sur parole le 1er juillet. Le récit erroné de la femme de chambre, révélé par le bureau du procureur de Manhattan Cyrus Vance à l'occasion d'une audience le même 1er juillet, paraît compromettre la tenue d'un procès de Dominique Strauss-Kahn, tandis qu'un abandon pur et simple des charges semble désormais possible.

Toutefois, le bureau du procureur a indiqué mercredi que l'enquête se poursuivait et que les charges étaient maintenues, à l'issue d'une réunion avec les avocats de l'ex-patron du FMI.

A Lire aussi: