VIDEO. Affaire du Carlton : un prévenu disculpe DSK

BFMTV

David Roquet, ex-directeur d'une filiale d'Eiffage, affirme avoir caché à l'ex-directeur du FMI que les femmes présentes lors des parties fines étaient des prostituées.

Il est suspecté d'avoir réglé, au titre de frais professionnels, des dépenses liées à des soirées avec des prostituées et Dominique Strauss-Kahn. David Roquet, ex-directeur d'une filiale d'Eiffage, assure dans un entretien diffusé vendredi 6 février par BFMTV avoir caché à l'ancien directeur du FMI que les femmes présentes lors des parties fines étaient des prostituées.

"Pas de la boucherie ou de l'abattage"

"Béatrice, j'avais dit qu'elle était restauratrice à Bruxelles, ensuite j'avais dit que c'étaient des secrétaires d'Eiffage", explique David Roquet. Fallait-il être naïf, comme l'indiquent certains témoignages, pour ne pas comprendre que les participantes étaient des escort-girls rémunérées ? "Bien sûr que non", répond le prévenu dans l'affaire du Carlton d'une petite voix. "Celles qui nous accompagnaient étaient élégantes, cultivées. Ce n'était pas de la boucherie ou de l'abattage, comme on a pu l'entendre."

Il s'explique également sur ses motivations quant à l'organisation de ces soirées particulières. "Je me dis, hormis le côté agréable, si j'entretiens le contact avec monsieur Strauss-Kahn, une fois qu'il sera à la présidence de la République… Mon objectif, c'était ça, professionnellement. C'était d'organiser un déjeuner avec monsieur Strauss-Kahn, et mes grands patrons."

Vous êtes à nouveau en ligne