INFO FRANCEINFO. Deux médecins condamnés pour des crimes ou délits sexuels exerçaient dans les mêmes hôpitaux que Joël Le Scouarnec

Joël Le Scouarnec a notamment exercé à l\'hôpital de Jonzac, entre 2008 et 2017.
Joël Le Scouarnec a notamment exercé à l'hôpital de Jonzac, entre 2008 et 2017. (GOBIN MARIE-LAURE / MAXPPP)

L'un a été condamné en 2008 à trois mois de prison avec sursis, l'autre en 2015 à 18 ans de réclusion criminelle. Ils ont exercé en même temps que "le chirurgien de Jonzac", révèle vendredi franceinfo, avec la cellule investigation de Radio France.

uAlors que le procès du chirurgien aujourd'hui à la retraite Joël Le Scouarnec, suspecté de viols et agressions sexuelles sur des patients mineurs, s'ouvrira le 13 mars à Saintes, franceinfo révèle vendredi 6 mars avec la cellule investigation de Radio France que d'autres médecins ont été condamnés pour des crimes ou des délits sexuels dans deux hôpitaux où exerçait à l'époque Joël Le Scouarnec, à Quimperlé, dans le Finistère, et à Jonzac, en Charente-Maritime. Tous les deux connaissaient le chirurgien soupçonné d'avoir agressé au moins 349 enfants dans une dizaine d'hôpitaux pendant plus de trente ans de carrière.

Un anesthésiste qui exerçait à Jonzac

Le premier est un anesthésiste qui a été condamné en 2008 pour détention et diffusion d'images pédopornographiques à trois mois de prison avec sursis, révèle franceinfo. Mais la justice l'a autorisé à l'époque à continuer la pratique de la médecine, et il a exercé à partir de 2011 à l'hôpital de Jonzac, le dernier où Joël Le Scouarnec a travaillé. 

En 2017, au moment de l’arrestation de Joël Le Scouarnec, les gendarmes retrouvent la trace de trois appels entre les deux hommes. Ils décident donc d’interroger l'anesthésiste. Il avoue alors aux enquêteurs qu’il continue à regarder des vidéos pédopornographiques. En effet, dans son PV d'audition, daté de décembre 2017, et que franceinfo a pu consulter, le médecin déclare aux gendarmes : "Je ne regarde plus ce genre d'images de façon aussi régulière."

Une enquête préliminaire a été ouverte à son encontre par le parquet de Saintes pour visionnage d'images pédopornographiques "à titre privé". Elle est toujours en cours. Selon nos informations, ce médecin a continué d'exercer à l'hôpital de Jonzac, y compris auprès de patients mineurs. Depuis la publication de notre enquête, vendredi 6 mars, il a été suspendu. Interrogé sur ce cas, l'Ordre des médecins est en train d'étudier le dossier et n'exclut pas de prendre des mesures à l'égard de ce praticien.

Un radiologue en fuite depuis sept ans

Le second cas est celui d'un radiologue, le Dr Fréhat, qui exerce en 2005 à l'hôpital de Quimperlé. Cette année-là, deux patientes portent plainte contre lui. Elles accusent le médecin d'agressions sexuelles et de viols avec une sonde gynécologique.

Les deux plaintes sont classées sans suite. Mais un psychiatre, le Dr Thierry Bonvalot, alors président de la Commission médicale d'établissement, décide d'aller voir le docteur Fréhat pour évoquer ces plaintes. Il retrouve alors le radiologue dans le bureau de Joël Le Scouarnec, qui défend bec et ongle son confrère. "J’ai demandé [au docteur Fréhat] de modifier sa pratique et d’avoir à ses côtés des manipulateurs radio pendant les examens gynécologiques. Il m’a répondu qu’il s’en foutait, qu’il faisait ce qu’il voulait", raconte Thierry Bonvalot.

Il a été secouru par le docteur Le Scouarnec qui m’a dit que je me mêlais de ce qui ne me regardait pas.Docteur Thierry Bonvalot, psychiatreà franceinfo

L'hôpital, puis la justice, interdisent alors au docteur Fréhat de rester seul avec des patientes. Interdiction qu'il ne va pas respecter. Il sera placé en détention provisoire en 2007. Jugé en 2013, l'homme s'échappe le matin du verdict et reste depuis introuvable. Un nouveau procès a eu lieu - en son absence - en 2015. Il a été condamné par contumace à 18 ans de prison pour viols et agressions sexuelles sur une trentaine de patientes, dont huit mineures.

"Il faudra démontrer s’il y a des liens ou pas"

Ces deux cas soulèvent des questions, estime Me Francesca Satta, qui défend plusieurs victimes du Dr Le Scouarnec. "Deux praticiens qui se retrouvent en même temps à commettre des exactions sur des patients dans le même hôpital, cela pose des questions énormes", estime l'avocate. "Il faudra comprendre pourquoi autant de personnes se retrouvent au même endroit, poursuit Me Francesca Satta. Et, visiblement, se connaissent. Il faudra que l’enquête puisse démontrer s’il y a des liens ou pas et comment on peut les expliquer." Une enquête qui prendra encore sans doute plusieurs années.

Vous êtes à nouveau en ligne