Eric Mouzin, à côté de l\'avis de recherche avec la photo de sa fille, en 2003, à Guermantes (Seine-et-Marne).
Eric Mouzin, à côté de l'avis de recherche avec la photo de sa fille, en 2003, à Guermantes (Seine-et-Marne). (MAXPPP / JESSICA KOMGUEN)

GRAND FORMAT. Disparition d'Estelle : Eric Mouzin, un père à la recherche du temps perdu

La scène se déroule jeudi 9 janvier 2003, entre 18h30 et 18h45. Une fillette de 9 ans, aux longs cheveux châtains et aux yeux verts rieurs, marche en direction de son domicile, à Guermantes (Seine-et-Marne). Elle est accompagnée d'une petite camarade. La lumière crue des réverbères les éclaire. Le froid les glace : après la neige, le verglas s'installe sur les routes. Elle dit au revoir à son amie, passe devant la boulangerie. Elle habite le dernier pavillon au bout du chemin. Il ne lui reste que 400 mètres à parcourir, toute seule. Elle n'arrivera jamais. Elle disparaît, comme happée par l'obscurité. Estelle, c'est son prénom, Mouzin, son nom.

Dix-sept ans plus tard, son père Eric Mouzin se rendra à Guermantes. Comme chaque année depuis 2004, après l'assemblée générale de l'association Estelle, il s'élancera de la place du Temps perdu, en référence à l'œuvre célèbre de Marcel Proust. Samedi 11 janvier, le cortège avancera, à pas lourds et en silence, derrière la pancarte "Aidez-nous à retrouver Estelle". Les participants se recueilleront autour de "l'arbre du souvenir", un cerisier du Japon, planté en 2005 à l'endroit où Estelle a été vue pour la dernière fois. Puis sera diffusée la chanson du compositeur Charlélie Couture, Estelle a disparu.

On ne sait toujours pas ce qu'Estelle est devenue, mais pour la première fois dans cette affaire, un homme a été mis en examen pour "enlèvement et séquestration suivis de mort", le 27 novembre. Il s'agit du tueur en série Michel Fourniret, surnommé "l'ogre des Ardennes", condamné en 2008 à une peine de réclusion à perpétuité pour huit meurtres. Son ombre plane sur le dossier, depuis le début. Son alibi – un appel téléphonique passé à son fils, le soir des faits – ne tient plus depuis que son ex-épouse, Monique Olivier, affirme avoir téléphoné elle-même, ce soir-là. Un rebondissement qui ne trouble pas Eric Mouzin. "C'est un fait. La seule chose dont je suis convaincu, c'est que j'ai affaire à des personnes en dehors de notre univers", réagit le père d'Estelle, qui continue son combat, malgré le temps qui passe.

Eric Mouzin participe au lâcher de ballons lors de la journée internationale des enfants disparus, le 25 mai 2005 à Paris.  
Eric Mouzin participe au lâcher de ballons lors de la journée internationale des enfants disparus, le 25 mai 2005 à Paris.   (MAXPPP)

La disparition, le temps de "l'action frénétique"

Le souvenir du 9 janvier 2003 est intact." Il est plus de 21h30 quand Suzanne, la mère d'Estelle, appelle Eric Mouzin : leur petite dernière n'est pas rentrée de l'école. Le couple est en pleine procédure de divorce. Leurs relations sont exécrables. Estelle vit chez sa mère. Eric Mouzin habite au Vésinet, dans les Yvelines, avec Lucie et Arthur, les aînés d'Estelle. Il vient d'emménager avec sa nouvelle compagne, Dominique, et les enfants de cette dernière : sa fille – "l'autre Estelle" comme le dit Eric Mouzin – et son fils, Yann.

"Quand je reçois le coup de téléphone, je comprends ce que ça veut dire. Il y a, brusquement, le basculement dans une situation incompréhensible", décrit cet expert en assurances. Accoudé à la table de sa salle à manger, devant un café et une tranche de pain d'épices, il baisse les yeux. Sur une feuille, il griffonne la date "9-1-2003" au milieu d'un rectangle zébré de lignes. "L'idée, ce n'est pas tant de penser à soi que de penser à Estelle. Soi, ça n'a aucun sens", poursuit-il.

On pense à son enfant, à ce qui a pu lui arriver et comment on va essayer de la sortir de là.

Eric Mouzin

Des premières heures, Eric Mouzin retient "les gars de la BAC [Brigade anti-criminalité]", avec lesquels il a couru "dans des petits chemins, avec des lampes qui éclairent à cinq mètres de distance" et "l'immensité du territoire" auquel il a été confronté "jusqu'à 2 heures du matin". Les jours suivants, l'avis de recherche avec la photo d'Estelle est placardé. Partout. "On passe dans un autre temps. On est tous poussés par la volonté d'agir pour résoudre l'enquête", estime-t-il.

Une information judiciaire pour "enlèvement et séquestration de mineur de 15 ans" est ouverte le 10 janvier 2003. Dans ces affaires de disparitions inquiétantes, les enquêteurs procèdent par cercles concentriques. Ils interrogent d'abord les proches d'Estelle. En haut de la liste des suspects, il y a Eric Mouzin. "Le contexte familial était difficile, on pouvait donc soupçonner qu'un des deux parents l'ait soustraite à la vue de l'autre", justifie Jean-Marc Bloch, directeur du service régional de la police judiciaire (SRPJ) de Versailles et, à ce titre, chargé de l'enquête à ses débuts, avant de prendre sa retraite en mars de cette année-là. "Plus de quinze après, il s'autorise à commenter l'actualité, comme s'il était parfaitement au courant de ce qui se passe", grince Eric Mouzin. Il garde un souvenir amer de la période pendant laquelle il était suspect numéro 1. Certains lui ont même prêté une ressemblance avec un portrait-robot diffusé le 24 juin 2003.

Eric Mouzin observe, d'un œil "extérieur", un "déficit de méthode" dans l'enquête. Portée par ses proches, l'association Estelle naît dans ce contexte, le 1er mars 2003. Ensemble, ils réalisent des campagnes d'affichage d'avis de recherches, des lâchers de ballon… La mère d'Estelle, préfère, elle, rester en retrait.

Des membres de l\'association Estelle forment une \"banderole humaine\" ayant pour texte \"Aidez-nous à retrouver Estelle\", le 9 mars 2003, en marge du semi-marathon de Paris. 
Des membres de l'association Estelle forment une "banderole humaine" ayant pour texte "Aidez-nous à retrouver Estelle", le 9 mars 2003, en marge du semi-marathon de Paris.  (JEAN AYISSI / AFP)

Très vite, les actions des adhérents dépassent le seul cas d'Estelle. "Beaucoup sont des membres d'associations de parents d'élèves. Ils se disent : 'Il faut améliorer ce qui existe, pour que les enfants soient mieux protégés'", explique Eric Mouzin. L'association réclame la mise en place de l'alerte enlèvement, finalement instaurée en 2006. Leur autre souhait n'est jamais exaucé : "Je me revois très bien aller au ministère de l'Intérieur – sous Nicolas Sarkozy – pour remettre le projet d'une structure dédiée aux disparitions d'enfants, de type Child Focus [fondation belge créée en 1998]." C'est l'unique souvenir précis qu'il garde de cette période. Le reste est effacé de sa mémoire. "L'action frénétique masque la peine et la douleur de l'enlèvement d'Estelle."

Il y a un changement d'unité de temps. Au début, c'est l'heure, ensuite c'est la journée, puis la semaine, après c'est le mois, et vous arrivez à la fin de la première année…

Eric Mouzin

Fin 2003, le 16 décembre précisément, 75 personnes condamnées dans les vingt dernières années, pour agression sexuelle de mineur ou enlèvement d'enfant, sont entendues dans toute la France par les enquêteurs. Sans résultat.

Eric Mouzin à la conférence de presse organisée pour les 10 ans de l\'enlèvement de sa fille, le 9 janvier 2013, à Paris entouré de la présidente de l\'association Estelle, Sophie Renon, et de son avocat, Didier Seban (à droite).
Eric Mouzin à la conférence de presse organisée pour les 10 ans de l'enlèvement de sa fille, le 9 janvier 2013, à Paris entouré de la présidente de l'association Estelle, Sophie Renon, et de son avocat, Didier Seban (à droite). (THOMAS SAMSON / AFP)

L'enquête, le temps de la "gesticulation"

L'avocat Didier Seban donne une nouvelle impulsion au dossier en 2006. "C'est le moment où Eric a senti que l'institution judiciaire était à l'arrêt", confirme le spécialiste des affaires classées et non élucidées. Au départ, Eric Mouzin était représenté par Agnès Fichot. "Nous nous voyons encore, de temps en temps. Simplement, il pensait qu'une affaire très médiatisée aurait une autre tournure", décrypte-t-elle. Le père d'Estelle confie qu'il a "mis très longtemps" à changer d'avocat. "Au début je pensais que…" Il s'interrompt. Eric Mouzin pèse ses mots. Ses silences ont autant de poids que ses phrases. "Que l'enquête allait aboutir", complète-t-il en lâchant un soupir. "C'est quelqu'un qui est dans la retenue, malgré l'émotion, il essaie de rester lucide", décrit Didier Seban.

Depuis qu'il défend Eric Mouzin, avec sa consœur Corinne Herrmann, l'avocat est convaincu que la piste Fourniret est sérieuse. Condamné pour quinze agressions sexuelles, cet homme originaire des Ardennes est libéré en 1987 après trois ans et demi de prison. Aux côtés de Monique Olivier, sa nouvelle épouse, Michel Fourniret traque fillettes et femmes vierges. Le 26 juin 2003, à Ciney (Belgique), l'adolescente de 13 ans qu'il vient de ligoter à l'arrière de sa fourgonnette parvient à s'échapper. Elle donne l'alerte. Il est arrêté. Dès juillet, les enquêteurs du SRPJ de Versailles disent étudier la piste de ce pédophile meurtrier. Sa camionnette est blanche, comme le véhicule utilitaire signalé par une camarade d'Estelle, qui raconte avoir été importunée par un automobiliste, trois semaines avant les faits. "Mais les policiers français n'ont pas voulu recevoir de leçon des policiers belges", se désole Didier Seban. Le 6 janvier 2007, la police met le tueur en série hors de cause.

L'année suivante, un journaliste indépendant signale aux enquêteurs la découverte d'un corps d'enfant dans un restaurant, à Brie-Comte-Robert (Seine-et-Marne), à 25 km de Guermantes. Le 31 janvier 2008, une perquisition est menée, dix personnes sont interpellées. En réalité, il s'agit d'ossements de chiens et de moutons. Quand il reparle de cet épisode, Eric Mouzin exprime toujours une colère froide. "Comment imaginer qu'un service de police comme la DRPJ de Versailles aille démolir un restaurant, sur la base d'une information donnée par un 'journaliste', sans la moindre vérification ?", blâme-t-il.

On est dans la gesticulation médiatique et pas dans l'action réfléchie, concertée et efficace.

Eric Mouzin

Même expérience l'année suivante, quand les enquêteurs suivent la piste d'une photo repérée sur un site pédophile estonien. "Il existe une ressemblance physique entre l'adolescente [dénudée] et Estelle", estiment les enquêteurs cités par Le Parisien, le 17 janvier 2009. Eric Mouzin est alerté par un journaliste italien. "Il me dit qu'il suffit de regarder la date du fichier d'origine : ça n'a rien à voir avec Estelle ! Il y a 300 pages de procédure pour rien ! Simplement pour montrer qu'on fait", fulmine-t-il. En deux ans, deux fausses pistes. D'autres suivront. En attendant, le temps file.

Eric Mouzin dans les locaux des éditions Stock, le 20 décembre 2010, pour la sortie de son livre \"Retrouver Estelle\".
Eric Mouzin dans les locaux des éditions Stock, le 20 décembre 2010, pour la sortie de son livre "Retrouver Estelle". (JEROME MARS / JDD / SIPA)

L'écriture, le temps du "retour sur le passé"

Je ne suis pas celui qui a enlevé Estelle" : Eric Mouzin l'écrit noir sur blanc en 2009. Une manière de répondre à Suzanne, la mère d'Estelle, qui lui a souvent posé la question, jusqu'à ce que les anciens époux cessent de communiquer. "Je lui ai dit : 'ça, c'est la première phrase du livre'", révèle Véronique de Bure, auteure et éditrice, qui a coécrit Retrouver Estelle (éd. Stock). C'est lors d'un colloque qu'elle le convainc de raconter son histoire. "Il n'est pas facile d'accès, il faut l'apprivoiser." Le début du livre sort d'une traite. Pour la suite, il bloque. Véronique de Bure lui propose d'écrire à quatre mains. Il parle, elle enregistre. "Les entretiens duraient deux à trois heures. On se retrouvait le soir, dans des endroits pas possibles, le pire étant dans un spa ! On était dans un coin, on entendait le clapotis de l'eau, assis dans une lumière bleutée." Véronique de Bure en rit encore.

Au début, j'avais peur des silences. Je le coupais. Puis, je les ai laissés venir. C'est comme ça que j'ai accédé à son émotion.

Véronique de Bure

"Quand sa mère m'a appelé pour me dire qu'elle n'était pas rentrée de l'école, je me souviens très exactement de ce que j'ai ressenti. L'impression que ma colonne vertébrale venait de se transformer en un bloc de glace", écrit Eric Mouzin. Véronique de Bure file la métaphore : "Il faut faire fondre la glace. Derrière, il y a un gros bouillon." "Ce livre représente un gros investissement, en temps, en énergie, en retour sur le passé… J'ai dû choisir ce que j'acceptais de dire, ce que je cachais, ce que je ME cachais…", résume Eric Mouzin. Il est publié début 2011.

Véronique de Bure lui propose, six ans plus tard, une réédition avec des mises à jour, pour les 15 ans de la disparition d'Estelle. "Il était temps de tourner la page", commente-t-elle. Pour Eric Mouzin, cette deuxième version, éditée en poche, s'inscrit dans une progression personnelle : "Ça m'a permis de dire des choses nouvelles." En particulier sur – et à – sa famille. Certaines années, ses enfants participent à la marche organisée à Guermantes. "La disparition d'Estelle aurait pu nous broyer. Pourtant, plus le temps passe et plus la profondeur des liens s'étend", écrit-il en 2018. Juste en dessous : "A la maison, Estelle est toujours avec nous, à sa façon. Une peinture, quelques photos, son rire et son air mutin sont un peu partout, dispersés. Nous ne voulions pas d'un mausolée." Ils ont préféré un totem, sculpté dans un cèdre planté dans le jardin. Chaque membre de la famille est représenté par un animal, connecté aux autres. "Tout en haut, tenue par un guetteur, une étoile : Estelle."

Le totem dans le jardin d\'Eric Mouzin, dans les Yvelines, le 13 décembre 2019.
Le totem dans le jardin d'Eric Mouzin, dans les Yvelines, le 13 décembre 2019. (VIOLAINE JAUSSENT / FRANCEINFO)

Dans cette réédition de l'ouvrage, Eric Mouzin liste en annexe les trois propositions de l'association Estelle et du cabinet Seban : la création d'un corps de juges spécialisés ; la création d'un site gouvernemental dédié aux enfants disparus ; l'amélioration du traitement et du suivi des corps enterrés sous X, notamment ceux d'enfants. "J'aurais aimé qu'il se vende à des milliers d'exemplaires, pour que les gens se disent : 'Ces propositions ont du sens, il faut demander à nos députés de mettre en place quelque chose'", regrette-t-il. Eric Mouzin souhaitait, avec ce livre, "que les gens comprennent un petit peu ce qui s'est passé, l'instrumentalisation qui a pu en être faite, l'inefficacité de la justice". C'est sur ce point qu'il concentre la suite de son combat.

Eric Mouzin à la marche qui commémore la disparition de sa fille Estelle, à Guermantes (Seine-et-Marne), le 13 janvier 2018.
Eric Mouzin à la marche qui commémore la disparition de sa fille Estelle, à Guermantes (Seine-et-Marne), le 13 janvier 2018. (MAXPPP)

Quinze ans plus tard, le temps retrouvé ?

C'est plus que de la colère. C'est de la rage." Eric Mouzin perd patience. Il attaque l'Etat pour "faute lourde" le 8 janvier 2018. "Je pense qu'on ne recherche plus vraiment Estelle et qu'on ne fait que de la gestion de dossier", dénonce-t-il à l'époque, face à la caméra de France 2. Il n'en démord pas : "Je n'ai plus aucune confiance dans la justice. Aucune."

A ce jour, Eric Mouzin n'a toujours pas de nouvelles de sa plainte, ni d'éventuelles échéances à venir. "Ah ça, on ne peut pas savoir !", s'esclaffe-t-il. La démarche était pourtant "nécessaire" : "L'Etat se révèle inefficace, il faut que ça se sache." Sa plainte a constitué l'occasion de lister "tout le temps perdu".

Si l'année 2019 ne permet pas de rattraper le temps, elle marque un tournant. Le 2 mars, Michel Fourniret "ne nie pas être impliqué dans l'affaire Estelle Mouzin", lors d'une audition face à Sabine Kheris, juge d'instruction en charge des enquêtes sur les meurtres de Marie-Angèle Domece, en 1998, et de Joanna Parrish, en 1990. Dès 2007, le tueur en série demandait à être entendu dans ces trois affaires. Il voulait voir Eric Mouzin. La rencontre n'a jamais eu lieu. Cette fois, pour l'avocate Corinne Herrmann, il s'agit "d'aveux en creux". Pourtant, en octobre 2013, l'expertise de milliers de poils et cheveux prélevés dans sa fourgonnette blanche ne révèle aucune trace ADN de la fillette. "C'est une piste qui n'a pas fait l'objet du traitement qu'elle aurait dû avoir", considère Eric Mouzin.

Nouveau rebondissement, le 25 juillet 2019 : la Cour de cassation accepte le dépaysement de l'affaire à Paris. Sabine Kheris reprend officiellement le dossier en octobre. C'est la septième juge d'instruction en dix-sept ans, dans une affaire colossale : 150 personnes placées en garde à vue, des milliers d'auditions, de perquisitions, plus de 40 000 pièces… Le 21 novembre, Monique Olivier contredit l'alibi de son ex-mari devant la juge. Corinne Herrmann s'en félicite : "Il a fallu attendre tous ces mois pour qu'enfin elle soit entendue et qu'enfin Eric Mouzin puisse, peut-être, avoir la vérité." Ou peut-être pas. "Je ne suis pas sûre que la dame Fourniret conduise à la vérité. Cela me bouleverse de voir qu'on essaie d'apaiser Eric Mouzin de cette façon", réagit Agnès Fichot, qui représente toujours Suzanne, partie vivre à l'étranger il y a près de quinze ans. "Je ne suis pas en position de faire des constructions mentales sur la base d'éléments que je n'ai pas", abonde Eric Mouzin.

Je ne crois pas en leur parole. Michel Fourniret est mis en examen, Monique Olivier aussi… C'est la première fois dans le dossier. C'est un fait, je constate.

Eric Mouzin

"Cela crée une vivacité qui vient compenser la baisse d'activité de l'enquête", poursuit Eric Mouzin. Sur la feuille devant lui, il trace des sinusoïdes. "J'aime bien parler en courbes", pointe-t-il. "Plainte contre l'Etat : on remet un pic. Alors que derrière, il se passe de moins en moins de choses signifiantes. Là, les planètes sont alignées, reconnaît-il. On a brusquement une action des juges qui coïncide avec tout le reste. Maintenant, on attend."

Les documents sur la disparition d\'Estelle que conserve Eric Mouzin à son domicile, le 13 décembre 2019.
Les documents sur la disparition d'Estelle que conserve Eric Mouzin à son domicile, le 13 décembre 2019. (VIOLAINE JAUSSENT / FRANCEINFO)

Pendant ce temps, Eric Mouzin essaie d'avoir "la vie la plus normale possible". Il n'a jamais cessé de travailler et depuis quelques années, il est à son compte. Dès qu'il le peut, il fait du sport, voyage, s'adonne à la photo, sa passion. "Je ne suis pas que le père de la petite Estelle. Je ne cherche pas à être enfermé dans ce personnage", confie Eric Mouzin.

Je mets une grande partie de mon énergie à ne pas être victime. La victime, c'est Estelle.

Eric Mouzin

Il espère connaître la vérité un jour, mais garde "en tête qu'on peut ne pas savoir". "Au début, ça paraît inimaginable. Ça fait partie de l'acceptation de l'impuissance. Au même titre que je ne suis pas pilote de Concorde, car il ne vole plus et que c'est trop tard…", glisse-t-il dans un sourire. Il est pourtant sérieux : "J'aurais vraiment aimé piloter le Concorde, c'était un rêve !" On ne peut pas remonter le temps. Eric Mouzin l'a désormais compris.

Texte : Violaine Jaussent

Vous êtes à nouveau en ligne