Affaire Grégory : un alibi pour Marcel Jacob ?

Cette vidéo n'est plus disponible

Marcel Jacob et son épouse sont poursuivis depuis le vendredi 16 juin dans le cadre de l'enquête sur la mort du petit Grégory, retrouvé mort dans la Vologne en 1984.

Le grand-oncle et la grand-tante du petit Grégory, placés en détention provisoire, doivent savoir ce mardi 20 juin si la justice va décider, ou non, de les libérer. "Derrière tout cela, il y a évidemment le débat sur les charges qui pèsent contre le couple Jacob et qui justifient ou non les mises en examen et les incarcérations", explique Dominique Verdeilhan depuis Dijon (Côte-d'Or). "L'audience de ce matin a tourné autour de la question de l'alibi du couple Jacob, et plus particulièrement celui de Marcel", ajoute notre journaliste.

Une réunion syndicale qui innocenterait Marcel Jacob ?

"Du côté de l'accusation, on souligne le manque d'alibi avéré pour la soirée du 16 octobre 1984. Côté défense, au contraire, on avance l'existence d'un procès-verbal d'une réunion syndicale à laquelle Marcel Jacob aurait participé", raconte Dominique Verdeilhan, dans l'attente de la décision de la justice, qui doit être rendue dans l'après-midi du mardi 20 juin.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne