Éducation nationale : 26 personnes révoquées pour infractions sur mineurs

France 2

26 personnes employées par l'Éducation nationale ont été renvoyées pour des infractions sur mineurs. Un contrôle mis en place pour éviter une nouvelle affaire comme celle de Villefontaine (Isère), en 2015.

Deux ans d'examens minutieux : les casiers judiciaires d'un million d'enseignants, personnels et agents contractuels de personnels de l'Éducation nationale ont été passés au crible. Parmi eux, 26 présentent des condamnations pour infractions sur mineurs : pour atteintes sexuelles, violences et détention d'images à caractère pédopornographique. Des actes commis en dehors de l'école. "Ce sont des chiffres, si on les rapporte au nombre de personnes embauchées par l'éducation nationale, qui sont faibles, mais une personne est toujours une personne de trop", explique le ministre de l'Éducation nationale Jean-Michel Blanquer.

L'affaire de Villefontaine en 2015

À l'origine de ce vaste contrôle, l'affaire de Villefontaine (Isère). En 2015, un directeur d'école maternelle est mis en examen pour viol sur de très jeunes enfants, or 7 ans plus tôt il avait été condamné à de la prison avec sursis pour détention d'images à caractère pédopornographique. En cause, une mauvaise communication entre le ministère de l'Éducation nationale et le ministère de la Justice. Sur l'ensemble du contrôle, 83 dossiers présentaient des condamnations, mais seuls 26 pour des faits commis sur des mineurs. Les fonctionnaires ont été révoqués, les agents ont vu leur contrat interrompu.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne