Selon une nouvelle expertise, Adama Traoré serait mort asphyxié

Une nouvelle expertise confirme la mort par asphyxie d’Adama Traoré, dans les locaux de la gendarmerie, donnant raison à sa famille.

Pour rappel des faits, Adama Traoré, jeune homme de 24 ans, est mort le 19 juillet 2016 dans la gendarmerie de Persan à la suite d’une interpellation. Des émeutes avaient alors éclaté à Beaumont sur Oise avant que la famille appelle au calme.

Un an après, des doutes persistes

Les premières expertises avaient conclu à un malaise des suites de problèmes cardiaques. Le procureur de Pontoise avait déploré la découverte pendant l’autopsie de « foyers infectieux situés sur plusieurs organes » mais d’« aucune lésion faisant penser à des violences ».
La famille rejetant cette théorie avait porté plainte contre les policiers impliqués dans cette arrestation.

Un an après, la contre-expertise commandée par la famille contredit la version du procureur. Elle réfute les prétendues « signes d’état infectieux antérieur ». Les experts, le professeur Jean-Patrick Barbet et le docteur Pierre Validiré, concluent à une mort due à « un état asphyxique aigu lié à une décompensation ». Ce rapport confirmerait alors qu’Adama Traoré, ayant été maintenu au sol, serait bien mort sous le poid des gendarmes.

Vous êtes à nouveau en ligne