INFO FRANCEINFO. Affaire Adama Traoré : "une contre-expertise indépendante" a été demandée par la famille du jeune homme, déclare son avocat

Yassine Bouzrou, l\'avocat de la famille d\'Adama Traoré.
Yassine Bouzrou, l'avocat de la famille d'Adama Traoré. (JOEL SAGET / AFP)

Me Yassine Bouzrou conteste la compétence des médecins qui ont réalisé la dernière expertise dédouanant les forces de l'ordre.

L'avocat de la famille d'Adama Traoré a réclamé "une contre-expertise indépendante", après qu'une nouvelle expertise médicale ait écarté vendredi 29 mai la responsabilité des forces de l'ordre dans la mort du jeune homme de 24 ans en 2016, a appris franceinfo mardi 2 juin auprès de maître Yassine Bouzrou. Elle a été confiée à un professeur de médecine. Les résultats de cette contre-expertise, qui n’est donc pas ordonnée par les juges d’instruction mais demandée par l’avocat des proches d’Adama, doivent être connus rapidement.

La famille d’Adama Traoré a décidé de demander cette contre expertise après avoir pris connaissance, vendredi dernier, d’une expertise disculpant les gendarmes. Assa Traoré, la soeur d’Adama, avait immédiatement réagi en parlant de "déni de justice", tandis que l’avocat de la famille du jeune homme avait affirmé que les médecins auteurs de cette expertise n’avaient "aucune compétence en cardiologie mais se permettaient d’inventer une maladie cardiaque" pour expliquer la mort du jeune homme, il y a quatre ans. 

Adama Traoré est mort dans la caserne de Persan, deux heures après son arrestation dans la ville de Beaumont-sur-Oise (Val-d’Oise), au terme d'une course-poursuite et après avoir échappé à une première interpellation un jour de canicule.

"Je rappelle qu’il y a eu a minima trois expertises", dit l'avocat de deux des gendarmes

"La famille d’Adama Traoré dispose des mêmes droits que les autres citoyens en matière judiciaire, ils ont donc le droit de demander une contre-expertise médicale, et quand on conteste une expertise médicale, il est normal de demander une contre-expertise", a justifié sur franceinfo Yassine Bouzrou, qui met à nouveau en cause "la mauvaise qualité des experts mandatés par le les juges d’instruction" pour mener la précédente expertise. "Compte tenu des suspicions qui existent dans ce dossier à l’égard des pseudo-experts désignés par les juge d’instruction, et quand je dis ça, je parle de la mauvaise qualité de ces experts, il est normal de privilégier une contre expertise médicale indépendante, afin d'être certain que les raisons médicales mises en avant soient les bonnes dans ce dossier, et donc nous souhaitons savoir si le plaquage ventral des gendarmes a tué Adama Traoré", a expliqué Maître Yassine Bouzrou.

Un argument balayé par l’avocat de deux des gendarmes placés sous le statut de témoin assisté dans cette affaire, Maître Rodolphe Bosselut,  qui dit à franceinfo "ne pas comprendre ce que veut dire une contre-expertise indépendante". "Je rappelle qu’il y a eu a minima trois expertises contradictoires et judiciaires faisant appel à des médecins experts agréés comme tels par la justice. Qui ont toutes les trois conclu à l’absence de tout lien entre les gestes d’interpellations et le décès d’Adama Traoré", a indiqué l’avocat des gendarmes. "Doit-on comprendre qu’à partir du moment où l’institution judiciaire est mise en cause, systématiquement comme étant partiale et supposément raciste, la famille Traoré va réclamer une expertise avec des médecins qu’elle désignera seule ? Comme la ‘reconstitution' à laquelle elle procédera seule ?", s’interroge-t-il, en dénonçant une instruction "purement médiatique", au motif que "les éléments objectifs de l’instruction judiciaire ne satisfont pas" la famille d’Adama Traoré.

"Des expertises de complaisance", dénonce la famille Traoré

La famille d’Adama Traoré s’appuie également sur l’exemple récent de la mort de Georges Floyd, aux États-Unis, pour justifier cette méfiance envers la justice dans les cas de bavures policières. "Aux États-Unis aussi, a expliqué Yassine Bouzrou à franceinfo, les parties civiles ont dû financer une expertise médicale indépendante afin de connaître un début de vérité. L'autopsie indépendante réalisée a permis d'infirmer ce qui avait été dit par les médecins désignés par la justice américaine, en indiquant clairement que c'est le plaquage ventral qui a tué George Floyd"

La famille d’Adama Traoré est tout aussi méfiante vis à vis de la dernière expertise qui disculpe les gendarmes français. "Dans l'affaire Adama Traoré, lorsque mes clients indiquent, et je le fais aussi, que les expertises officielles commandées par la justice sont des expertises de complaisance qui n'ont qu'une seule envie, c'est d'exonérer les forces de l'ordre, on peut se poser des questions!", explique l’avocat. "Nous utilisons tous les moyens possibles et prévus par la loi afin de démontrer que les gendarmes ont causé la mort d'Adama Traoré en lui faisant un plaquage ventral, en mettant le poids de leurs trois corps, 250 kilos environ, sur Adama Traoré. C'est eux qui le disent, et donc, pour nous, seuls des examens médicaux indépendants pourront dire si oui ou non, les gendarmes devront être condamnés", a ajouté l’avocat de la famille d’Adama Traoré. Maître Yassine Bouzrou affirme également que ses clients ne sont pas "jusqu’au boutistes" dans cette affaire. Si la contre-expertise indépendante venait conclure elle aussi que la responsabilité des gendarmes n’est pas engagée dans cette affaire, il "l’accepterait".

Un rassemblement est prévu mardi 2 juin à 19 heures devant le tribunal de Paris, porte de Clichy, pour dénoncer les bavures et les violences policières. La famille d’Adam Traoré, avec d’autres victimes de violences policières présumées, figure parmi les organisateurs de ce rassemblement. Cette manifestation a été interdite par la préfecture de police de Paris.

Vous êtes à nouveau en ligne