Crash de l'Air Algérie : un problème de dégivrage en cause

FRANCE 2

Les enquêteurs ont déterminé qu'une erreur humaine serait sans doute responsable du crash de l'avion Air Algérie au Mali en 2014 qui avait causé la mort de 116 personnes.

Il ne restait plus que des milliers de débris sur le sol du désert malien, l'image d'un drame aérien où 116 passagers dont 54 Français avaient péri le 24 juillet 2014.
Neuf mois plus tard, le Bureau Enquête et Analyse (BEA) a apporté ses premières conclusions : l'accident serait sans doute dû à une erreur humaine. En effet, les pilotes n'auraient pas activé le système antigivre sur les sondes des moteurs.

Les pilotes n'ont pas constaté la perte d'altitude

Après un décollage à 3h17 du matin d'Ouagadougou au Burkina Faso, l'appareil aurait traversé un puissant orage d'altitude, à proximité de la ville malienne de Gao. Les pilotes ont voulu éviter le cœur de l'orage mais sans activer les systèmes de dégivrage des capteurs moteurs, qui permettent de connaître la vitesse des moteurs. Couverts de givre, ces capteurs ont envoyé des informations erronées à l'ordinateur de bord. L'équipage ne se rend donc pas compte que l'avion a perdu de l'altitude. Faute de puissance, il part en vrille puis a piqué avant de s'écraser sur le sol malien à une vitesse de plus de 700 km/h. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne