VIDEO. La recherche des corps prend fin dans les Alpes après le crash de Germanwings

ECPAC / REUTERS

L'armée française a diffusé de nouvelles images des opérations sur le site du drame à flanc de montagne.

Les opérations visant à retrouver les restes des 150 victimes du crash de l'A320 de Germanwings ont pris fin dans les Alpes-de-Haute-Provence. La préfecture l'a annoncé, samedi 4 avril. Les gendarmes encore présents sur le site ramassent désormais les effets personnels des passagers et membres d'équipage qui ont péri dans la catastrophe.

Au même moment, des proches des victimes sont arrivés samedi après-midi au Vernet, où ils devaient se recueillir devant la stèle érigée à proximité des lieux du drame. Quarante-huit personnes devaient faire le trajet depuis Marseille, où la compagnie allemande, filiale à bas coût de la Lufthansa, accueille les familles des victimes dans un hôtel du centre-ville, selon la préfecture.

Place à l'identification des corps et à la dépollution du site

Les recherches ont permis d'isoler 150 ADN à partir des plus de 2 000 échantillons prélevés sur le site, a précisé jeudi le procureur de Marseille Brice Robin, en charge de l'enquête. Mais il a aussi prévenu que rien n'assurait qu'il s'agisse des ADN des 150 disparus. Ces ADN doivent à présent être comparés à ceux fournis par les familles des victimes pour permettre l'identification des corps, avant leur remise aux proches endeuillés. Selon le magistrat, il faudra "trois à cinq semaines" pour procéder aux identifications.

Pendant ce temps, une entreprise spécialisée, mandatée par la Lufthansa, doit commencer la semaine prochaine à enlever les débris de l'appareil et dépolluer le site, sous le contrôle du procureur de la République et d'un expert en dépollution. Ces opérations pourraient durer près de deux mois, selon le général David Galtier, commandant de la gendarmerie en Provence-Alpes-Côte d'Azur et responsable du dispositif.

Vous êtes à nouveau en ligne