VIDEO. Crash dans les Alpes : les gendarmes ont bon espoir d'identifier l'ensemble des victimes

FRANCE TELEVISIONS

L'Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale, qui mène les investigations pour tenter d'identifier les victimes, a donné son premier point de presse, à Seyne-les-Alpes (Alpes-de-Haute-Provence), non loin des lieux du drame.

"Nous n'avons pas retrouvé un seul corps intact, nous avons retrouvé des éléments de corps et des éléments biologiques." L'Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale (IRCGN), qui mène les investigations pour tenter d'identifier les victimes du crash de l'A320 de Germanwings dans les Alpes, a donné, vendredi 27 mars, son premier point de presse, à Seyne-les-Alpes (Alpes-de-Haute-Provence), non loin des lieux du drame.

Un processus délicat

Médecins légistes, dentistes légistes, gendarmerie et police nationale... "une cinquantaine de personnels" procèdent à des vérifications sur les restes humains retrouvés "de manière à permettre de rendre les corps des victimes à leurs proches le plus tôt possible", a déclaré le colonel Patrick Touron, directeur adjoint de l'IRCGN. Et d'ajouter : "Je pense que nous devrions être en mesure de procéder à l'ensemble des identifications."

Les enquêteurs disent avoir bon espoir de parvenir à identifier l'ensemble des personnes tuées dans le crash. Ce processus délicat va du relevé d'éléments sur le site du drame à leur examen en laboratoire.

Vous êtes à nouveau en ligne