Crash dans les Alpes : 80% des débris ont été évacués du site

Le site du crash de l\'A320 de Germanwings où les opérations de ramassage des débris sont en cours, le 13 avril 2015, à Seyne (Alpes-de-Haute-Provence).
Le site du crash de l'A320 de Germanwings où les opérations de ramassage des débris sont en cours, le 13 avril 2015, à Seyne (Alpes-de-Haute-Provence). (YVES MALENFER / MINISTERE DE L'INTERIEUR / AFP)

La compagnie mère de Germanwings, Lufthansa, s'occupe de ces opérations, et assure que la prochaine étape sera la dépollution.

Environ 80% des débris de l'Airbus A320 de Germanwings, qui s'est écrasé le 24 mars dans les Alpes, ont été évacués du site du crash, a annoncé, mercredi 15 avril, Lufthansa, la maison mère de la compagnie low cost, qui a pris en charge les opérations. 

"Nous avons enlevé (...) près de 35 tonnes de débris" depuis le 9 avril, a déclaré, lors d'une conférence de presse à Digne-les-Bains, un représentant de la compagnie aérienne allemande, qui prévoit que la récupération des débris sera achevée d'ici dix-huit jours ouvrables. Outre les gendarmes, une soixantaine de personnes travaillent quotidiennement au nettoyage du site.

Des tonnes de kérosène et des litres d'huile

Les débris récupérés, dont la taille varie de quelques centimètres à plusieurs mètres carrés, et qui sont répartis sur une zone d'environ 1,5 hectare, sont acheminés, en hélicoptère puis par la route, jusqu'à un hangar de Seyne-les-Alpes, un des deux villages les plus proches du lieu du crash.

"La prochaine étape sera la dépollution environnementale", a promis Lufthansa. L'avion ne transportait pas de fret, et donc aucun autre produit dangereux, mais environ 40 tonnes de kérosène et 95 litres d'huile et de lubrifiants étaient présents à son bord au moment du crash. "Il y a des techniques pour nettoyer la terre, la flore ou l'eau, a expliqué le représentant de Lufthansa, mais il nous faut des informations pour prendre les bonnes mesures."

Vous êtes à nouveau en ligne