Crash de l'A320 : le rapport du BEA confirme que le copilote avait déjà fait une descente suspecte lors du vol aller

La stèle à la mémoire des victimes du crash de l\'A320 de Germanwings, photographiée le 4 avril 2015 au Vernet (Alpes-de-Haute-Provence). 
La stèle à la mémoire des victimes du crash de l'A320 de Germanwings, photographiée le 4 avril 2015 au Vernet (Alpes-de-Haute-Provence).  (FRANCK PENNANT / AFP)

Le rapport du Bureau d'enquêtes et d'analyses sur le crash de l'avion de Germanwing a été rendu public mercredi.

Andreas Lubitz s'était-il entraîné avant de commettre son geste fatal ? Le copilote de l'A320 de Germanwings, dont le crash a coûté la vie à 150 personnes fin mars dans les Alpes françaises, avait déjà initié une manœuvre de descente suspecte lors du vol aller entre Düsseldorf et Barcelone, selon le rapport du BEA rendu public mercredi 6 mai.

Le document établit que lors de ce vol aller, le copilote s'est retrouvé seul dans le poste de pilotage. Il a alors enclenché la descente de l'avion, qui se situait à 35 000 pieds du sol, vers une altitude de 100 pieds, pendant plusieurs secondes, à plusieurs reprises.

Tentative ou entraînement ?

"Il n'est pas à exclure qu'[Andreas Lubitz] ne voulait pas seulement faire une tentative [de faire s'écraser l'avion] lors du vol aller, mais voulait aussi concrétiser son acte", écrit le journal allemand Bild. 

Selon les éléments de l'enquête, l'appareil a bien été précipité au sol par Andreas Lubitz, qui avait souffert dans le passé de troubles psychologiques. D'après les informations recueillies dans les boîtes noires, le jeune homme de 27 ans aurait profité de l'absence du pilote pour s'enfermer seul dans le cockpit.

Vous êtes à nouveau en ligne