Éthiopie : après le crash, les questions sont nombreuses

FRANCE 3

Neuf Français font partie des 157 victimes d'un avion de la compagnie Ethiopian Airlines. Le parquet de Paris a ouvert une enquête sur le crash. Les deux boîtes noires ont été retrouvées, lundi 11 mars. Des questions se posent autour de l'appareil, un Boeing 737. 

Au milieu des champs, un cratère. C'est ici que le Boeing 737 s'est désintégré dimanche. Au sol, une pelleteuse extrait quelques morceaux de l'appareil, lundi 11 mars. Les enquêteurs, eux, cherchent des indices pour comprendre comment l'avion flambant neuf a pu s'écraser et tuer 157 personnes. En attendant les résultats de l'enquête, la compagnie éthiopienne a déjà pris une mesure radicale : clouer au sol tous les modèles de ce Boeing 737. Une décision partagée par la Chine et l'Indonésie.

La piste d'une défaillance technique

Ce modèle de Boeing est-il fiable ? En octobre dernier, un 737-MAX8 de la compagnie Lion Air s'abîmait en mer dans des circonstances similaires. En cause à l'époque, un système automatique censé éviter le décrochage de l'avion lorsqu'il décolle. Problème : ce système peut être défaillant. L'avion se met alors en piqué, devient incontrôlable et peut s'écraser au sol. Juste après l'accident, les autorités américaines avaient envoyé une directive à toutes les compagnies. Elles pointaient un "risque de piqué répété". Une défaillance à l'origine de l'accident en Éthiopie ? Cela reste pour l'instant une simple hypothèse. Les deux boîtes noires retrouvées lundi en fin de matinée devraient permettre d'éclaircir les causes de ce crash.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne